L'été à Granby, on ferme nos fenêtres

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Vous savez ces belles soirées qui suivent ces journées ensoleillées chaudes et humides comme on les aime. Celles où une petite brise se lève quand le soleil se couche et où l'on se dit qu'on va tellement bien dormir... Bien non, car vers 21 h 30 je dois, encore une fois, fermer mes fenêtres, car la fumée d'un feu extérieur s'engouffre dans ma chambre à coucher.

Vous allez me dire, tel qu'indiqué sur la brochure distribuée par la Ville l'an passé, d'aller parler avec mon «gentil» voisin et l'informer de la situation. Sauf que ledit voisin n'a pas la même expression compréhensive et amicale que celle du personnage sur la brochure lors de notre conversation.

En dernier recours, je contacte alors la Ville où l'on me dit, très poliment, de me présenter au conseil municipal pour faire une demande de modification du règlement ou de faire une plainte à la police. En passant, je me vois très mal déranger les policiers à 21 h 30 au moins 10 fois par mois, je vais finir par passer pour la «folle à la boucane». 

Donc, l'été je ferme mes fenêtres et je laisse mes voisins qui font des feux profiter, eux, des belles soirées...

Une précision, je demeure dans un développement résidentiel situé à 7 km du plus proche camping où le feu de camp et faire griller des guimauves font partie de l'expérience. 

Diane Tremblay

Granby

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer