Ma recette de moules santé

CHRONIQUE \ Bon vivant, j'aime apprécier une cuisine qui se partage. Quand je... (123RF)

Agrandir

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Philippe Wouters
Groupe Capitales Médias

CHRONIQUE \ Bon vivant, j'aime apprécier une cuisine qui se partage. Quand je cuisine pour quatre, je cuisine pour six. Ma blonde vous dirait que je cuisine pour huit, mais on n'a pas le même appétit, de lui répondre. Habitué des repas dans les cuisines de restaurant, j'aime le plat qu'on partage autour de la table. Le plus souvent une cuisine du terroir ou fermière.

Un des plats les plus agréables à partager vient principalement de Belgique, pays de mon enfance. Des souvenirs qui figent les arômes les plus marquants dans la mémoire d'un gourmet haut comme trois pommes. Je me souviendrai toujours des moules que mon père faisait chaque vendredi au restaurant. C'était le rendez-vous des amateurs du mollusque et, chaque semaine, les habitués s'installaient à la même table, commandaient la même bière et attendaient impatiemment le kilo de moules cuit à la commande. La cuisson fait le plat. Hors de question de précuire ce mollusque fragile.

La casserole à moule individuelle n'étant pas très populaire sur le sol québécois, j'ai transformé le rituel de la casserole fumante arrivant à table par celui de la marmite familiale, tout aussi fumante, mais partageable. L'idéal étant d'en avoir deux. Une sur la table, une autre sur le rond. Fraîcheur garantie! 

Mais quels ingrédients accompagnent mes moules ? De la crème, du vin blanc, des échalotes, des champignons, des tomates, du fromage ? Rien de tout cela. Ma recette, transmise de génération en génération (merci papa !), est d'une simplicité déconcertante, mais a le mérite de mettre à l'honneur le mollusque, véritable vedette du plat. Une recette que l'on retrouve encore au bord de la mer du Nord, dans le plat pays. 

Vous êtes prêts ? Prenez de quoi noter. Vous avez besoin d'une branche de céleri et d'un demi-oignon par personne. C'est tout ? Ben oui, c'est tout ! Les plus fous d'entre vous pourront rajouter une feuille de laurier. Pas de vin blanc, pas d'ail, pas d'échalotes, pas d'aromates. Un peu de beurre, du sel et du poivre. La recette de moules du début du siècle. Pourquoi aussi simple ? Parce que le mollusque, si bien cuit, a d'intéressantes saveurs subtiles de la mer à offrir et que le noyer dans du vin blanc camoufle ses saveurs appréciées des connaisseurs. J'en ai convaincu plus d'un avec mes casseroles fumantes.

Comptez deux litres de moules par personne, si vous faites face à de bonnes fourchettes. Faire revenir les oignons et le céleri dans un peu de beurre. Ajouter les moules par-dessus, recouvrir et ne plus y toucher. Les moules vont dégorger et offrir un bouillon plein de saveurs. Cuire jusqu'à ce que les coquilles soient ouvertes. Avant de servir, on sale et poivre au goût. On secoue un peu la casserole, on y ajoute une poignée de persil, si vous en avez, et c'est prêt !

Bon appétit!

SUGGESTIONS DE LA SEMAINE

Witbier

Vrooden

Granby

Présentation

Une blanche d'inspiration belge aux notes légères d'agrumes et de coriandre. 

Description

On les appelle blanches, car elles offrent un corps voilé et légèrement laiteux. Au nez, la coriandre et les écorces d'agrumes séchées font souvent partie de la signature. Dans ce cas-ci, on sent une légère interprétation différente du style. En bouche, la minéralité provenant du blé en fait une bière très désaltérante. La finale est courte, sur la céréale, la bière étant faiblement houblonnée.

Accords

Des moules. Si vous avez rajouté du laurier, ses arômes seront accentués chaque gorgée.

Appréciation

Une wit (blanche belge) très bien exécutée, offrant un profil dans le style et qui accompagne très agréablement un plat de moules. Que demander de plus ?

Sieur de Léry 

Frampton Brasse

Frampton

Présentation

Une pilsner allemande brassée par un jeune brasseur de talent ayant étudié en Allemagne et brassant sur un système de brassage allemand. Ça ressemble en tout point à ce qui se brasse en Allemagne.

Description

La mousse est généreuse, la bière est d'une belle couleur blond doré. Au nez, le houblon noble s'exprime bien, proposant des notes légèrement herbacées qui dissimulent des arômes de pain de mie. En bouche, la bière est très bien équilibrée. L'amertume se place tranquillement, offrant une finale sèche et redoutable, accentuant l'impression de fraîcheur. On en redemande.

Accords

À votre avis ? Des moules ! L'amertume de la bière se marie si bien avec celle des moules. Un accord de résonance.

Appréciation

Une des premières bières de la brasserie. On la retrouve chez de nombreux détaillants en bouteille de 341 ml. Une des excellentes pilsners disponibles au Québec.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer