Une douleur interne au coude

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Lalonde
La Voix de l'Est

(Granby) Vous avez joué au golf ou au tennis cet été ? Au baseball ? Ou vous êtes encore plus à la mode et vous avez joué au frisbee golf ? Malheureusement, au fil des semaines, vous avez développé une douleur à l'intérieur du coude ?

Vous avez peut-être une épicondylite interne au coude, ou le fameux golfer's elbow. Typiquement, ce sont les joueurs de golf qui développent ce genre de problématique, car ils veulent frapper très fort sur la petite balle blanche ! Le joueur de golf qui essaie de pousser très fort avec son bras arrière aura plus de risque de développer des douleurs au coude. D'autres activités aussi simples que le jardinage, comme enlever des mauvaises herbes ou pelleter de la terre, peuvent causer des douleurs internes au coude. Au baseball, lorsqu'on lance une balle, on est aussi à risque de développer ces douleurs.

Les personnes ont mal à cause d'une surutilisation ou d'une surcharge des muscles fléchisseurs communs des doigts et du poignet et/ou des muscles pronateurs de l'avant-bras. Ces muscles et tendons s'attachent à l'os en interne du coude. Il peut alors se produire des tensions musculaires aux muscles internes de l'avant-bras lorsqu'on travaille beaucoup avec nos mains. Les tendons fléchisseurs des doigts étant le prolongement de certains de ces muscles. Le nerf ulnaire, juste derrière ces attachent osseuses, peut parfois être impliqué dans ce type de pathologie, car il est tout près. S'il y a une inflammation importante de la région interne du coude, les gens peuvent se plaindre d'engourdissements ou de picotements aux 4e et 5e doigts de la main (comme quand on se frappe le coude sur un dossier de chaise !) 

Les mouvements répétés sont souvent la cause de ces problèmes. Ils provoquent de minidommages au tendon interne au coude. Si un repos adéquat n'est pas respecté, il y aura un déficit entre la réparation des tissus tendineux et l'utilisation, donc de la douleur. Si la personne continue ses activités, celle-ci sera plus présente, même au repos. La personne aura donc mal lors de l'étirement des muscles impliqués. Il peut parfois s'installer assez d'inflammation et de douleur pour déranger la nuit. 

Ce qui est suggéré comme traitement en physiothérapie est l'application de glace. Il faut aussi prendre des pauses plus longues entre les séances d'activité. Dans certains cas, il pourrait y avoir des raideurs articulaires étant donné que dans le coude trois os travaillent en synergie. Votre physiothérapeute saura en faire l'évaluation et proposera des techniques de mobilisation, si nécessaires. On oublie parfois de faire des assouplissements après des efforts afin de retrouver toute l'amplitude articulaire aux poignets et aux doigts. Saviez-vous que les plus grandes causes de blessure sont la surutilisation ou des mauvaises techniques ? 

La plupart des blessures requièrent entre quatre et cinq semaines de temps de récupération. Aussi, une intervention hâtive favorise une récupération complète. Alors, il est important de rester souple et actif dans sa réadaptation.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer