Les types de contractions musculaires

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Lalonde
La Voix de l'Est

(Granby) Plusieurs personnes se questionnent sur le fonctionnement des muscles. Pour mieux comprendre le phénomène, voyons d'abord comment les muscles sont constitués. 

Les muscles sont des chaînes de petites fibres comme de petits bâtons alignés et superposés. Ces fibres s'appellent myosines et actines. 

Ces dernières se chevauchent lorsque notre cerveau envoie l'information, via un nerf, de contracter ou forcer. 

Lorsqu'il y a chevauchement des fibres, le muscle raccourcit et fait bouger le bras ou la jambe. Un exemple facile à comprendre, et qui fait partie de la vie de tous les jours, c'est lorsque vous levez quelque chose, comme un sac d'épicerie par exemple. Vous contractez votre biceps, le muscle qui se trouve devant le bras, au-dessus du coude. Lorsque le muscle se raccourcit, pour lever l'avant-bras vers l'épaule, on appelle ce type de contraction concentrique ou positive. Les fibres musculaires se chevauchent. Si on maintient le sac d'épicerie sans mouvement pour le transporter avec le coude fléchi à 45 ou 90 degrés, on appelle ce type de contraction isométrique. Si on prend une charge très lourde avec le coude à 90 degrés et qu'on laisse descendre notre avant-bras vers le sol, on appelle ce type de contraction excentrique ou négative. L'humain est plus fort avec une contraction excentrique, c'est-à-dire qu'on est capable de maintenir une charge plus lourde avec ce type de contraction. Plus que si on essayait de soulever la charge.

Lorsqu'on veut devenir plus fort ou quand une personne est en réadaptation à la suite d'une blessure, les trois types de contractions seront utilisés selon le stade de guérison et les objectifs personnels visés.

Après une fracture, comme physiothérapeute, on suggère souvent des exercices de renforcement isométriques, sans mouvement, au début de la réadaptation. Ceux-ci ont un impact de tension mécanique moindre sur les os. Les exercices avec contraction concentriques sont les plus populaires et les plus connus par les gens qui s'entraînent dans les centres sportifs. On les utilise également en réadaptation pour développer la force progressivement. Si on veut développer plus de force, les contractions excentriques seront à considérer, car elles exigent une plus forte demande au muscle, ce dernier se faisant allonger tout en demandant une résistance. Ce type de contraction avec une petite charge est aussi utilisé en réadaptation après une tendinopathie ou une tendinite au coude ou à l'épaule, entre autres. Après les exercices excentriques avec plus de charges, ou concentriques, la personne peut avoir plus de courbatures musculaires, et ce, jusqu'à 48 heures après son entraînement. Il est toutefois important de savoir qu'il n'y a pas nécessairement une blessure associée. Pour développer des muscles plus forts et plus gros, selon le type de contraction choisi, le corps fabriquera des fibres musculaires plus fortes et en plus grand nombre, ce qui amène souvent des courbatures. Il est important de s'assurer un temps de repos ou de récupération optimal au corps après des entraînements musculaires pour développer des fibres musculaires plus fortes et, aussi, éviter des blessures. Avant de refaire une autre journée d'entraînement musculaire des mêmes groupes de muscles, on peut continuer à bouger en faisant une activité cardiovasculaire. L'important est de demeurer actif!




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer