La périostite tibiale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Lalonde
La Voix de l'Est

La périostite tibiale est une douleur qui se situe en avant du tibia ou tout juste derrière l'os. Elle apparaît lors d'une activité comme la course à pied ou qui impose des sauts. Les raisons de ces douleurs peuvent être multiples: fracture de stress, tensions musculaires intenses à l'attache sur l'os, augmentation de la pression dans le compartiment musculaire, etc. Toutes ces raisons peuvent venir de l'imposition d'une trop grande surcharge musculaire à votre corps; à cause d'un début d'entraînement en course à pied sans expérience ou par une hausse trop rapide de la distance, de l'intensité ou de la durée de vos entraînements.

La périostite tibiale antérieure et latérale vient parfois d'une trop grande demande du muscle tibial antérieur, le muscle à l'avant du tibia. La douleur survient quand on ramène le pied et les orteils vers le haut. Il faut évaluer le pied et le genou pour faire une intervention optimale. Le patron de marche ou de course à pied doit aussi être analyser afin d'apporter des correctifs et éloigner la douleur.

La périostite tibiale postérieure et interne au tibiaest souvent causée par un mollet raide ou tendu. Le mollet est composé des muscles jumeaux (gastroctémius) et soléaires, ainsi que du muscle tibial postérieur (ce grand oublié)! La douleur est souvent ressentie en ramenant le pied vers le haut. Une grande demande et/ou une fatigue musculaire peuvent déclencher une douleur en interne du tibia.

Quoi faire quand ces malaises se pointent?

Si vous avez des symptômes de périostite, il est recommandé de ralentir vos activités. Vous pouvez toutefois faire des exercices d'assouplissement des muscles raides. Un taping peut être un bon traitement afin de diminuer les symptômes. Des interventions manuelles spécifiques musculaires peuvent aussi être bénéfiques.

Lorsque les douleurs sont moins importantes, la reprise des activités sportives plus intenses peut se faire de façon progressive. Aussitôt que la douleur revient, il faut cesser l'activité ou la ralentir. Des exercices d'assouplissement des muscles impliqués et certains exercices de renforcement des chevilles peuvent être ajoutés au programme d'activité afin d'éviter des douleurs récidivantes. Le type de chaussure est aussi à surveiller, selon le type d'activité que vous faites, ainsi que le type de semelle, selon l'arche de pied que vous avez.

Il est important d'être à l'écoute des signaux douloureux que votre corps vous envoie. Il faut lui laisser le temps de s'adapter à une nouvelle activité ou à un changement d'intensité ou de distance. Il faut aussi toujours prendre le temps de récupérer après une activité intense.

Souvenez-vous que votre corps doit avoir un temps d'adaptation à une demande physique que vous lui faites.

 

Bon entraînement! 

Abonnez-vous gratuitement au : http://ofsys.com/T/OFC4/CP/1075/ZXnv5XjM/OF/Inscription.ofsys

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer