Voir le gamay autrement

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Michèle Grenier

Collaboration spéciale

La Voix de l'Est

Connaissez-vous le gamay? 

Quand je fais des animations sur le vin et que je pose cette question, des gens ne sont pas familiers avec ce cépage. Toutefois, lorsque je demande s'il y en a qui ont déjà bu du beaujolais, plusieurs répondent par l'affirmative. Parmi eux, plusieurs froncent toutefois les sourcils, parce qu'ils n'apprécient pas vraiment le style de ce vin. 

Beaucoup de gens associent le Beaujolais uniquement au Beaujolais nouveau. Ce vin, né dans les années 1950, a donné lieu à une superbe opération commerciale. L'histoire veut que le troisième jeudi de novembre, on se rassemblait partout dans le monde afin de consommer le Beaujolais nouveau. C'était, en quelque sorte, une façon de célébrer. Un prélude aux festivités de fin d'année. Issu d'une macération courte (4 à 5 jours seulement), le « bojo nouveau » désigne des vins très jeunes, simples, frais, fruités et gouleyants.

Il faut savoir que cette appellation ne représente pas la totalité de la production de la région du Beaujolais. Lorsqu'on ouvre nos horizons, il y a de belles découvertes à faire. Situé au sud de la Bourgogne, le Beaujolais produit 98% des vins rouges issus principalement de gamay. Le reste étant une production surprenante de vin blanc à base de chardonnay. Selon les terroirs, la région offre des vins riches avec du caractère, contrairement à la croyance générale qui veut que le Beaujolais ne soit qu'un vin fruité qui goûte le jus de raisin qu'on donne aux enfants! 

Cette structure, nous la retrouvons notamment parmi les dix crus du Beaujolais, qui représentent le quart de la production: Brouilly, Chénas, Chiroubles, Côte de Brouilly, Fleurie, Juliénas, Morgon, Moulin-à-vent, Régnié et Saint-Amour. Plus de corps, de charpente et de complexité se retrouvent dans ces crus. 

Pour vous donner une idée, le Morgon, les Charmes, Louis Tête (Code SAQ : 961185; 19,40$) se veut convaincant. Morgon est considéré comme l'un des plus puissants crus du Beaujolais, aux côtés de Moulin-à-vent. Ce rouge généreux présente des arômes de framboises et de cassis. D'une belle minéralité, on y goûte les épices et les tannins sont serrés. Il sera excellent, accompagné d'une lasagne d'aubergines. Pour les amateurs qui chérissent une cave à vin, celui-ci pourrait y rester encore quelques années (3 à 5 ans).  

Certes les amoureux de la pastille «aromatique et charnu » resteront peut-être sur leur appétit. Toutefois, ne lui fermez pas la porte trop rapidement, puisqu'avec le temps, nos goûts changent et évoluent. Tôt ou tard, dans votre profil de dégustateur, le gamay occupera une place de choix pour son côté digeste et agréablement fruité. Il est excellent lorsque vient le temps de partager l'apéro entre amis!

Santé!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer