Choisir son vin au restaurant

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Michèle Grenier

Collaboration spéciale

La Voix de l'Est

En restauration, comme dans n'importe quel domaine, il y a plusieurs types de consommateurs. Que vous soyez averti, économe, dépensier, épicurien, aventurier ou traditionnel, votre profil influencera le choix d'un vin au restaurant. 

D'abord, il faut tenir compte du budget. Que ce soit à la SAQ ou en salle à manger, il est tout à fait justifié que le prix entre dans vos critères de sélection. Un vin payé trop cher et que vous n'avez pas aimé risque de vous laisser un goût amer quand viendra le moment de régler la facture. Il est donc important de respecter son portefeuille. 

Certes, le vin au restaurant est plus cher et il ne faut pas s'en offusquer. Tout comme notre facture d'épicerie augmente, le coût des aliments grimpe aussi pour les restaurateurs. Toute entreprise vise à faire ses frais et c'est valable aussi pour le domaine de la restauration. La boisson est donc l'une des solutions pour y arriver. Toutefois, je suis d'accord que certains établissements exagèrent leur marge de profit, mais ce n'est pas le cas de tous. 

Pour ma part, lorsque je suis devant une carte des vins originale et recherchée, je n'ai pas de problème à payer plus cher une bouteille. Par contre, j'admets que ça m'agace un peu lorsqu'il s'agit de produits hyper commerciaux. À ce moment, ma solution est d'opter plutôt pour une bière ! Restez vigilants aussi par rapport au fameux « vin maison ». Généralement, la marge de profit est encore plus grande sur ce produit. Perçu par les touristes européens comme la cuvée du propriétaire, vendu au litre et de qualité modeste, il est souvent choisi à l'aveuglette par les consommateurs. Si vous regardez attentivement la carte des vins, il y a de bonnes chances que vous y trouviez un vin pour un ou deux dollars de plus ou même à prix équivalent qui vous offrira un rapport qualité-prix nettement supérieur. Heureusement, cette tendance du « vin maison » se fait de plus en plus rare dans les restaurants.

Un autre aspect à prendre en considération : la quantité. À moins que vous choisissiez un menu dégustation qui implique des vins différents, si vous croyez prendre plus qu'un verre par personne, le choix d'une bouteille sera plus avantageux. De plus, vous pouvez maintenant rapporter la bouteille à la maison s'il en reste, au même titre que le populaire « doggy bag ». 

Finalement, restez fidèle à vos goûts. Si un sommelier est dans la salle, utilisez-le ! Il saura vous guider vers des choix qui vous conviendront, tout en tenant compte de vos finances. Si vous ne connaissez aucun vin sur la carte, dirigez-vous vers vos régions ou cépages préférés.

Afin de vous permettre un plus gros budget lors de votre prochaine sortie au restaurant, je vous laisse sur une suggestion de vin sous la barre des 15 $ : le Saint-Chinian, Cazal Viel vieilles vignes, Laurent Miquel (Code SAQ : 202499 ; 13,45 $). Tout à fait approprié à la saison automnale, ce vin donne bien du plaisir pour son prix. Composé de syrah et de grenache, il offre des arômes de fruits rouges, d'herbes et d'épices. Sa bouche est équilibrée, soyeuse et généreuse. Difficile de demander mieux pour accompagner vos mijotés de la semaine !

Santé !

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer