L'ABC des accords

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Michèle Grenier

Collaboration spéciale

La Voix de l'Est

L'une des principales vertus du vin est d'être consommé à la table, en accompagnement du repas.

Quel vin dois-je alors prendre avec mon souper de ce soir?

C'est la question que j'entends le plus souvent lorsque je me promène dans les allées de la SAQ. La notion d'accords mets et vins devrait toujours restée la plus simple possible. Pour ma part, j'ai longtemps cherché la perfection dans mes accords, alors qu'il était préférable de miser sur le fait d'éviter les «désaccords»!

L'objectif premier est d'atteindre un certain équilibre. C'est-à-dire que le plat ne doit pas effacer le vin et vice-versa. Par exemple, si vous servez un contrefilet de boeuf grillé avec un vin léger et délicat, vous risquez de ne goûter que la viande et le vin passera pour de l'eau. L'idéal est donc d'aller dans le même sens: un plat acide nécessite un vin acide et une sauce aux bleuets demande un vin présentant des notes de petites baies sauvages. Autrement dit, le vin et le met doivent présenter la même intensité. La couleur, l'origine et le mode de cuisson du plat sont également des indices à prendre en considération.

Demandez-vous quelle est la couleur de votre plat. C'est un truc très simple, mais il vous dirigera vers le bon accord. Rien ne sert de vous compliquer la vie : vous avez une viande rouge, accordez-la avec un vin rouge. Vous servez du saumon ou un jambon? Essayez un rosé de gastronomie comme ceux de la Rioja en Espagne ou des appellations Tavel et Bandol dans le sud de la France. Vous pourriez être surpris de l'accord qui en découle.

Quelle est l'origine du plat que vous cuisinez? Les vignerons élaborent des vins qui conviennent à leur palais et qui se marient avec leurs spécialités régionales. Par exemple, il n'y a rien comme un bon vin italien pour accompagner un spaghetti sauce bolognaise. D'ailleurs, l'automne étant arrivé, la routine étant de retour et la sauce à spaghetti étant un dépanneur classique à vos soirs de semaine, voici ma suggestion en accord avec celui-ci: le Sangiovese di Romagna, Prugneto, Nespoli (Code SAQ: 11298404; 19,95$). Ce vin propose des notes de fruits rouges mûrs, de violette et de sous-bois. Moyennement corsé, il présente une belle acidité et la bouche se termine avec une souplesse très agréable. Un vin réconfortant et parfait pour nos belles soirées qui se font plus fraîches.

Le mode de cuisson du plat vous aidera aussi à diriger votre accord. Si je vous cuisine deux filets de poisson de la même variété, mais l'un poché et l'autre grillé sur le barbecue, le goût sera différent et le choix du vin aussi. Le poisson poché s'associera mieux avec un vin plus léger, alors que le poisson grillé ira de pair avec un vin plus corsé.

Certes, l'idéal est de naviguer dans le même sens que votre plat, mais la beauté du monde du vin est que ce n'est jamais tout noir ou tout blanc. Les contrastes peuvent aussi nous surprendre. C'est par essais et erreurs que vous trouverez l'accord qui vous convient. Voilà un beau terrain de jeux pour les passionnés de cuisine et les amateurs de vin. La règle primordiale est de ne jamais oublier vos goûts!

Si vous aimez le vin qui est dans votre verre et que vous mangez votre plat préféré, l'accord se fera de lui-même.

 

Santé!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer