L'analyse visuelle du vin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Michèle Grenier

Collaboration spéciale

La Voix de l'Est

En restauration, lorsque je fais le service du vin, j'ai observé que l'analyse visuelle est celle à laquelle le consommateur s'attarde le moins lorsqu'il déguste.

Pourtant, elle est toute aussi importante que l'analyse olfactive et gustative. Elle nous donne plusieurs indices sur le vin, notamment sur son âge, le type de cépage, la méthode de vinification ou encore, le type d'élevage. Récemment, j'étais dans une dégustation où les vins présentaient un magnifique dégradé de couleurs, digne d'un tableau d'art. C'est ce qui m'a donné envie d'aborder le sujet des couleurs du vin.

Dans le lexique vinicole, la couleur du vin est influencée par les «flavones» pour les vins blancs et les «anthocyanes» pour les vins rouges. Ces termes font référence aux pigments de couleur qui se retrouvent dans la peau des raisins. Ainsi, certaines variétés de raisins colorent davantage que d'autres. Le temps de macération entre la peau des raisins et le moût aura également une influence sur la couleur, de même que le type de contenant dans lequel le vin sera élevé (vieilli). En fait, le contact avec l'air joue un rôle sur la couleur d'un vin. En conséquence, un vin élevé en barrique de chêne (moins étanche, donc plus de contact avec l'air) n'aura pas la même coloration que celui élevé en cuve d'acier inoxydable (plus étanche).

Si vous souhaitez vous exercer à l'analyse visuelle du vin, voici quelques conditions idéales pour procéder. D'abord, se retrouver dans une pièce avec un bon éclairage. Ensuite, vous devez incliner votre verre au-dessus d'une surface blanche afin de bien observer les reflets. Finalement, déterminez la couleur. Bien que les variations d'un vin soient très vastes, je vous propose deux échelles de quatre couleurs afin de garder votre analyse le plus simple possible. Pour les blancs, la couleur peut varier entre le vert (pâle avec des reflets verts), jaune , doré et ambré. Quant aux rouges, ils peuvent varier entre rouge cerise, rubis, violacé et grenat. Les couleurs ambré et grenat peuvent s'avérer de bons indicateurs en ce qui à trait à l'âge du vin.

Pour mettre en pratique la théorie, je vous propose deux vins rouges dont l'analyse visuelle diffère.

En premier lieu, le Chinon, Expression, Alain Lorieux (Code SAQ: 873 257; 20,55$). Ce vin est élaboré à 100% de cabernet franc et provient de la Loire, en France. Cette dernière est une région vinicole qui gagne à être connue, tant pour ses blancs que pour ses rouges. Dans votre verre, vous pourrez observer une couleur rouge cerise de faible intensité. Léger, souple et présentant des notes végétales et de petits fruits rouges, ce vin est très agréable à l'apéro. Vous pouvez aussi le servir accompagné de bruschetta ou d'un plat en sauce à la tomate fraîche.

Pour une couleur vi olacée plus profonde, le Douro, Dialogo, Niepoort (Code SAQ: 12 098 033; 17,05$) est un bon exemple. Comme de nombreux vins du Portugal, il offre un excellent rapport qualité-prix. Il propose des notes d'épices et de petits fruits des champs. En bouche, ses tannins sont bien équilibrés. Vous apprécierez ce vin goûteux et savoureux avec un mijoté, un poulet grillé ou encore, un tartare de boeuf bien assaisonné.

Lors de la comparaison de ces deux vins, vous remarquerez sans doute que ceux plus clairs sont davantage légers que les plus foncés. Effectivement, c'est souvent le cas, mais attention aux exceptions!

Le monde du vin nous réserve toujours des surprises...

Santé!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer