Le homard en trois versions

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Michèle Grenier

Collaboration spéciale

La Voix de l'Est

Dans l'univers de la gastronomie, l'arrivée du mois de mai annonce le début de la saison du homard. Dans les poissonneries, les bassins grouillent de ces crustacés, sous le regard fasciné des enfants qui passent.

Qu'il soit en bisque, en sauce, en sandwich ou nature avec un soupçon de beurre à l'ail, le homard s'apprête de plusieurs façons. Selon votre accord, voici quelques suggestions de vins pour accompagner son grand retour.

Lors des journées chaudes et humides, on appréciera le homard servi froid, en salade ou en sandwich. Un vin aux accents de fraîcheur, de minéralité et d'agrumes sera excellent. Je vous propose le Alsace Riesling, Classic, d'Hugel (Code SAQ: 42101; 18,95$). Je lève d'ailleurs ce verre de riesling à la santé de M. Étienne Hugel, grand pionnier et promoteur des vins d'Alsace, qui nous a quitté le mois dernier. Avec des arômes de citron et de pomme verte, ce riesling est vif et offre une bouche généreuse. Pour ceux qui associent ce cépage à un taux de sucre légèrement élevé (vin demi-sec), vous verrez qu'il n'en n'est pas toujours le cas. Ici, la bouche est sèche (taux de sucre inférieur à 7g/l.) et charpentée. 

Bien qu'elles ne soient pas l'idéal pour les «poignées d'amour», les pâtes font partie de mes plats favoris depuis que je suis toute petite. Elles sont simples et rapides à préparer, et les variantes de recettes sont infinies. Pour une belle sauce onctueuse à la chair de homard servie sur fettuccine ou encore, pour un risotto au homard, il faudra un vin structuré à la bouche presque grasse. Le Côtes-du-rhône, E. Guigal (Code SAQ: 290296; 21,00$) présente un bel exemple d'accords mets et vins pour ce type de plat. Ce vin est issu d'un assemblage de cépages blancs bien répandus dans la vallée du Rhône (viognier, roussanne, marsanne, clairette et bourboulenc). À la robe jaune-doré, il évoque des arômes de fruits à chair jaune tels que la pêche et l'abricot. On y perçoit également des notes florales et d'amandes. En bouche, il est structuré, riche et d'une belle rondeur. Assez corsé, il plaira aux amateurs de vins rouges qui souhaitent s'initier au vin blanc. La texture grasse du vin et l'onctuosité de la sauce au homard se rejoignent dans un superbe équilibre.

Les vrais adeptes de homard vous diront que la meilleure façon de le consommer est nature avec un peu de beurre aux herbes, citronné ou à l'ail, afin d'en apprécier pleinement sa saveur. De ce fait, puisque la saison est assez courte, profitez-en pour sortir vos grandes bouteilles de Bourgogne de la cave! Si votre réserve est vide, voici ma suggestion: Bourgogne Vézelay, Les Angelots, Domaine de la Soeur Cadette (Code SAQ: 12717084; 27,60$). Issu à 100% de Chardonnay, ce vin non boisé est tout en fraîcheur et propose une belle minéralité. Sur la finesse et l'élégance, il rendra hommage au roi des crustacés.

En terminant, je vous laisse sur un endroit coup de coeur pour les amateurs de sandwich au homard. Si vous allez dans le Maine cet été, faites un détour par le Clam Shack de Kennebunkport (http://theclamshack.net/), une cantine où on y fait la file pour goûter au fameux Lobster Roll. Un régal misant sur la simplicité et la fraîcheur!

Santé!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer