Le vrai visage du vin: le terme «vin nature» vous est-il familier?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Michèle Grenier

Collaboration spéciale

La Voix de l'Est

Bien qu'il existe depuis des lustres, il suscite davantage l'attention des consommateurs et gagne en popularité depuis quelques années.

Le vin nature, c'est l'expression du terroir, du vin à la source. Ceux qui adoptent cette approche doivent limiter le nombre d'interventions apportées à un vin. Au moment de la vinification, lors de la transformation des sucres du raisin en alcool et en gaz carbonique, les levures indigènes (naturelles) sont priorisées, l'ajout de sulfites ou autre intrants est limité et certaines techniques proscrites.

Quelques mots sur les sulfites. Ces derniers jouent un rôle d'agents de conservation. Ils protègent et stabilisent le vin. Certains sont produits naturellement, alors que d'autres sont ajoutés en quantités différentes. Dans le vin nature, on évite d'ajouter des sulfites. Toutefois, il se peut que le vin en contienne naturellement, en petite quantité.

Dans le processus de vinification, les vignerons de vin nature n'ont pas recours à certaines techniques visant à modifier la constitution originelle du vin. Elles sont considérées trop brutales pour celui-ci. Par exemple, la thermovinification (procédé par lequel on chauffe le raisin foulé afin d'obtenir rapidement couleur et propriétés aromatiques) n'est pas permise. Certaines techniques de filtration (séparer le vin de ses particules solides) sont également à éviter. D'ailleurs, on remarque souvent l'absence de filtration dans les vins nature par une apparence légèrement trouble lors de l'analyse visuelle.

Quant à la viticulture, le vin nature est idéalement issu d'une viticulture biologique ou biodynamique qui limite l'utilisation de produits chimiques. La vendange manuelle est priorisée.

Bref, le vin est élaboré le plus naturellement possible!

Le vin nature n'est pas facile à produire. Il demande beaucoup d'attention et de soins de la part du producteur. C'est pourquoi il provient souvent de petits vignobles, capables de superviser chaque étape d'élaboration avec beaucoup de minutie. De plus, le vin nature voyage plus difficilement que le vin issu d'une approche plus industrielle où tout est mis en place pour qu'il survive à un commerce à grande échelle.

Il y a quelques années, au Québec, il n'y avait que quelques restaurants à la carte des vins «audacieuse» où l'on pouvait s'initier aux joies du vin nature. Aujourd'hui, devant l'engouement des consommateurs, on en retrouve davantage en restauration et il a même fait une entrée, en 2015, sur les tablettes de la SAQ. Il a d'ailleurs fait l'objet du nouvel arrivage la semaine dernière.

En dégustation, le vin nature est unique. On y goûte l'authenticité du terroir. Pour certains consommateurs, il vous sortira de votre zone de confort, mais le résultat est très intéressant. Le Vino da Tavola, Masieri, de la Biancara-Angiolino Maule (Code SAQ: 12846741; 21,45$), est une belle cuvée pour s'y initier. Arborant une robe jaune/dorée, légèrement trouble, ce vin présente des notes citronnées et végétales. Il est savoureux, en fraîcheur et offre une petite touche rustique bien agréable. Il sera excellent avec une terrine de volaille ou un lapin du producteur le plus près de chez vous.

Santé!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer