Un vin, deux occasions

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Michèle Grenier

Collaboration spéciale

La Voix de l'Est

Vous est-il déjà arrivé d'acheter plusieurs fois le même vin et de trouver qu'il ne goûtait pas la même chose d'une fois à l'autre?

En fait, il existe de nombreux éléments qui exercent une influence sur le goût du vin. Il y a, bien sûr, les facteurs directement reliés à la viticulture et à la vinification. Notamment le millésime, l'encépagement ou encore le vieillissement qui ont un impact sur le résultat final du vin. De ce fait, il se peut que votre vin préféré ne le soit plus lors du millésime suivant ou encore s'il est resté trop longtemps aux oubliettes.

Certains éléments extérieurs sont également propices à influencer votre appréciation d'un vin. L'état dans lequel vous êtes au moment de déguster est à prendre en considération. Par exemple, il y a de fortes chances que le vin servi lors de votre mariage soit meilleur au moment du grand jour que lorsque vous le consommerez seul dans le brouhaha du quotidien, après une semaine éprouvante au travail et les enfants qui réclament haut et fort le souper dont vous n'avez pas encore déterminé le menu!

Dernièrement, j'écoutais deux amateurs de vins discuter des produits vinicoles de la Suisse. L'un d'entre eux n'appréciait pas particulièrement les vins de cette région alors que l'autre ne partageait pas cet avis. Ce dernier avait été initié aux vins suisses directement sur place, au pied des Alpes, dans un décor enchanteur et dans l'état de quiétude que procurent souvent les vacances. Je peux facilement m'imaginer dans ce contexte et je crois bien que j'apprécierais particulièrement tout ce qu'on me servirait à ce moment!

L'accord met et vin est aussi un autre facteur extérieur qui joue un rôle sur le goût du vin. Certains accords créent des saveurs plus ou moins agréables. L'exemple le plus connu est sans doute le goût métallique qui peut se développer à la suite d'un accord poisson et vin rouge très corsé. Ainsi le vin, tout comme le plat, ne sera pas apprécié à sa juste valeur.

Le vin nous informe sur la géographie, l'agriculture et la culture d'un endroit, mais il est aussi source de plaisir, de souvenirs et de moments partagés en bonne compagnie. Ce sont tous ces éléments rassemblés qui me fascinent dans le monde vinicole.

J'ai puisé dans ma liste de produits dégustés lors de belles occasions et le Sicilia, Nero d'Avola, Tami (Code SAQ: 12473534; 20,35$) a refait surface. Présentant des arômes floraux et de fruits rouges, c'est un vin léger et tout en fraîcheur.

En bouche, ses notes de fraises et de poivre lui donnent un caractère intéressant. Son côté «digeste» donne envie de s'en resservir. Savouré lors d'un souper retrouvailles entre amies du secondaire, il était tout simplement délicieux!

Il accompagnera très bien un plateau de charcuteries entouré de conversations remplies de fous rires.

 

Santé!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer