Un monde de différences

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Michèle Grenier

Collaboration spéciale

La Voix de l'Est

Dans l'univers de la dégustation, nous faisons souvent référence aux notions de Vieux monde et de Nouveau monde. Lorsque je fais des animations, je vois souvent des points d'interrogation dans les yeux de mes interlocuteurs au moment d'aborder ce sujet.  Je vous propose aujourd'hui de démythifier le tout, puisque cet aspect vous sera très utile lors de vos prochaines dégustations.

Mentionnons d'abord que le Vieux monde et le Nouveau monde ne désignent pas le millésime (l'année du vin), mais plutôt la situation géographique.

Le Vieux monde comprend tous les pays d'Europe, alors que le Nouveau englobe tous les autres pays producteurs. Nous utilisons ces termes puisque l'Europe possède plus de 2000 ans d'histoire en ce qui à trait au vin. Le Nouveau monde, quant à lui, a une expertise vinicole plus récente.

Le type de sol, le climat, et les méthodes de vinification diffèrent entre les deux mondes. En dégustation, la majorité du temps, il nous est possible de constater cette différence en se basant sur plusieurs facteurs, notamment la robe, l'intensité du nez ainsi que la «chaleur» en bouche. Selon la règle générale, les vins du Nouveau monde sont plus exubérants et parfumés que les vins du Vieux monde. Parmi les principaux pays producteurs du Nouveau monde, on retrouve l'Australie, la Nouvelle-Zélande, l'Afrique du Sud, le Chili, les États-Unis, l'Argentine, le Canada et bien d'autres. La plupart sont des pays très ensoleillés où le climat est chaud. Cette caractéristique se reflète à travers les vins.

Les principaux pays producteurs d'Europe sont les suivants: la France, l'Italie, l'Espagne, l'Allemagne, le Portugal et la Grèce. Les vins du Vieux monde sont souvent très représentatifs du terroir. Davantage réservés, ils ont un côté minéral, animal et épicé plus marqué.

De plus, les notes de bois et d'alcool sont plus discrètes dans les vins du Vieux monde que dans ceux du Nouveau monde. Maintenant que vous connaissez la théorie, je vous propose de faire le test à la maison en comparant les vins suivants.

En blanc, amusez-vous à comparer ces deux chardonnay: le Bourgogne, Vieilles Vignes de Chardonnay, d'Albert Bichot (Code SAQ: 10845357; 18,45$) avec le Chardonnay, North Coast Californie, Clos du Bois (Code SAQ: 11768568; 18$). Le Bourgogne est tout en subtilité, sur la fraîcheur, avec des notes de pommes vertes et florales, ainsi qu'un degré alcoolique plus faible. De l'autre côté, le Clos du Bois est puissant aux nez avec des notes de vanille. Il offre une présence chaleureuse en bouche. Pour les accords mets et vins, je serais plutôt portée à prendre le chardonnay d'Albert Bichot en apéro avec une rillette de saumon et le Clos du Bois au moment du repas avec de la volaille pour le plat de résistance. En rouge, comparons le Saint-Chinian, cuvée des fées, Château Cazal Viel (Code SAQ: 895995; 19,20$) avec le Shiraz, Yellow Label, Australie, Wolf Blass (Code SAQ: 506691; 18,80$). Nous sommes ici en présence de la syrah donnant deux portraits différents. Mentionnons que la Syrah et le Shiraz est le même cépage, mais appelé différemment selon l'endroit de production. Les deux possèdent des notes de petits fruits rouges. Toutefois, dans celui d'Australie, on remarque plutôt la confiture, les petits fruits cuits. Sa bouche est plus chaleureuse, enveloppante; indices d'un endroit où le soleil est très présent. Le Saint-Chinian, avec des notes florales et d'épices, nous rapporte plutôt aux racines, au sol. Les deux vins sont tout à fait appropriés pour une belle viande rouge. Cependant, j'opterais davantage pour le Shiraz australien avec un steak de bavette sur le BBQ et le Saint-Chinian pour une viande plus délicate ou mijotée. 

Bien qu'il existe une différence entre les vins du Vieux et du Nouveau monde, il est important d'éviter de tout généraliser. Comme dans tout, il y a des exceptions. D'autre part, les techniques de vinification étant davantage sophistiquées, les connaissances de plus en plus véhiculées et les changements climatiques plus nombreux, les différences ne sont pas toujours évidentes.

Bonne dégustation!

Abonnez-vous gratuitement au : http://ofsys.com/T/OFC4/CP/1075/ZXnv5XjM/OF/Inscription.ofsys

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer