Ouvrez l'oeil !

Je suis incapable de voir quelqu'un parler au... (Archives La Presse)

Agrandir

Je suis incapable de voir quelqu'un parler au téléphone en conduisant. Et que dire de ceux qui textent.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Gaboriault
La Voix de l'Est

L'autre matin, je l'avoue, j'ai accueilli une collègue avec une brique pis un fanal.

J'étais certaine de l'avoir vue parler au téléphone en conduisant... dans une zone scolaire en plus! Le comble de l'insouciance.

«Quoi? J'parlais pas au téléphone, je gossais avec ma boucle d'oreille!», qu'elle m'a avoué après que je lui ai fait part de l'immensité de ma déception.

Je me suis donc vite ravisée en lui donnant le bénéfice du doute.

Cette manie, je sais qu'elle l'a, car j'ai la même! L'inventaire de «papillons» que nous gardons au bureau témoigne d'ailleurs de notre comportement à la limite du tic. Ensemble, on en perd plusieurs par mois sous nos lourdes filières. Je me console en me disant que c'est mieux ça que de se ronger les ongles jusqu'aux coudes ou de gruger le bout de nos crayons Bic.

Bref, tout ça pour dire que je suis incapable de voir quelqu'un parler au téléphone en conduisant. Et que dire de ceux qui textent. Chaque fois, je fantasme, fort à part ça, à l'idée de les coller sur le bord de la route, de prendre leur foutu cellulaire et d'en faire un touchdown digne de la NFL.

Juste avant de croiser ma collègue que je croyais fautive ce matin-là, je venais de voir une maman texter au volant de sa voiture en marche, ses enfants à bord.

Attend-elle que son plus jeune passe par le pare-brise pour réaliser la gravité de son geste? C'est dur ce que j'avance, mais c'est - malheureusement - souvent ce que ça prend pour que les gens allument.

Vous avez vu la dernière pub-choc de la Société de l'assurance automobile du Québec? Ça fesse, non? Le but de la SAAQ en y allant d'images et de messages aussi forts et choquants, c'est qu'un comportement soit mal vu par la société. Selon elle, l'élimination des textos au volant passera par la réprobation sociale.

En deux semaines, j'ai vu autant de femmes se maquiller en conduisant !

En Europe, leur petit élan de coquetterie leur aurait valu une contravention de 35 euros (environ 50$). Ça fait un tube de mascara qui coûte cher!

Là-bas, selon le Code de la route, fumer, manger et se refaire une beauté au volant est passible d'une amende. L'article R-412-6 stipule que tout conducteur doit se tenir constamment en état et en position d'exécuter commodément et sans délai toutes les manoeuvres qui lui incombent. Ça implique donc qu'il faut choisir sa musique avant de démarrer pour ne pas jouer le DJ en roulant.

Au Québec, interdire les gens de manger et de boire en conduisant serait une atteinte aux droits de la personne. Même si la SAAQ n'entend pas légiférer en ce sens, elle fait de la sensibilisation sur les dangers des activités en conduisant. En passant, pourquoi ne pas en profiter pour parler de civisme au volant?

Une autre belle affaire.

On dirait que les bonnes manières ont disparu des voitures en même temps que les «radios à cassettes».

Très peu de gens disent merci quand on leur cède le passage. Juste sourire semble exigeant. Aussi, plusieurs ne signalent pas leur intention de tourner aux intersections. Utiliser les clignotants ne coûte pourtant pas plus cher d'essence...

À regarder aller les gens au volant de leur voiture, je crois que nous faisons face à une nouvelle espèce d'automobilistes .

Ouvrez l'oeil, car la route est désormais remplie d'autonombrilistes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer