Gros bêta!

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Gaboriault
La Voix de l'Est

(Granby) La fièvre des Jeux a gagné notre foyer pendant les olympiques.

Fort à part ça.

Au souper, l'ado nous résumait les médailles canadiennes remportées au cours de la journée tout en dressant la liste des disciplines présentées. Ainsi, entre une bouchée de brocoli al dente et une autre de riz basmati baignant dans la sauce soya, elle nous parlait de nage synchronisée, de sauts en hauteur et à la perche, d'aviron, de tennis et de volley-ball de plage.

Difficile à dire si c'est à cause de nos discussions de fin de journée ou s'il entendait carrément la télévision barrée à RDS pendant deux semaines, mais il semblerait que notre poisson combattant, notre betta, se soit pris pour un athlète l'espace de quelques secondes.

Un après-midi, il s'est pris pour les nageuses synchronisées Svetlana Romanisha et Natalia Ischenko, le sauteur en hauteur Derek Drouin et son homologue à l'horizontale, Jeff Henderson TOUS EN MÊME TEMPS!

Après une semaine parmi nous, il s'est expulsé de son aquarium pour finir sa vie de poisson au pied de notre armoire à boîtes de conserve.

Un suicide. C'était clair comme de l'eau de roche.

La jeune fille à l'animalerie avait pourtant pris soin d'avertir mon chum et ma petite en leur exigeant 3,18 $ pour le petit animal.

- Le betta est un très bon sauteur. Veillez à TOUJOURS bien fermer l'aquarium...

Ça, c'est comme quand je leur dis de TOUJOURS remettre le beurre de peanut dans l'armoire. Ils ne le font pas TOUJOURS...

C'était la première fois qu'on nous parlait de la capacité de ces petits poissons impressionnants aux voiles colorées à s'élancer en dehors de leur habitacle. Que le saumon saute, ok, mais le betta?

C'était quand même notre troisième en deux ans.

Je sais. On n'est pas très chanceux avec ce poisson d'eau douce. Mais comme on ne veut ni chat, ni lapin et encore moins un chien ou un hamster, c'est l'alternative propre, inodore et sans poils que nous avons trouvée.

Le premier est tombé malade. Le deuxième? Dans le fond de l'évier de la cuisine. Une tentative d'évasion pendant son changement d'eau lui a fait finir sa course dans un des trois orifices de la crépine. Un filet d'eau et il a pris le chemin de la station d'épuration.

Pour le sortir de là, c'était ça ou une fourchette, alors...

Bref, l'annonce du départ de Cachouze impliquait l'achat d'un nouveau compagnon bleu et rouge... et nous sommes tombés sur un champion en titre toutes catégories.

Long d'à peine 6 cm, il a fait un saut impressionnant, car je l'ai retrouvé à environ deux mètres de son aquarium.

C'est quand même 33 fois sa longueur!

(Pauvre lui, il a sans doute sauté par-dessus son aquarium pour ensuite gigoter assez pour tomber en bas du comptoir pour encore se remuer sur le plancher jusqu'à mourir à deux pas de nos cannes de thon pâle dans l'eau...)

Si nous allons en adopter un autre?

Non. Après toutes ces péripéties, ma petite trouve que de s'occuper d'un poisson, c'est du sport.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer