Se sortir de la rentrée

À lire les diverses publications à l'aube du... (123RF)

Agrandir

À lire les diverses publications à l'aube du retour à l'école, c'est à se demander si nous sommes, comme parents, aptes à élever nos enfants! Non, mais quand on s'y attarde un minimum, on a l'impression que la rentrée est un tsunami auquel les plus «organisés», les plus «efficaces» et les plus «équipés» survivront.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Gaboriault
La Voix de l'Est

Avez-vous pensé faire faire une vérification en sept points de votre mijoteuse?

Quoi? Vous n'en possédez pas?

Si j'étais vous, je cesserais de lire cette chronique sur-le-champ pour me garrocher avec l'élan de celui qui se fait pourchasser par un ours pour m'en procurer une.

Vous n'avez pas lu les magazines de septembre?

Le méchant monstre est à nos portes. Préparez-vous!

Vous n'aurez pas le temps de finir de savourer votre dernier cocktail estival à base de melon miel et de pelures de concombres anglais qu'il sera là, son lot de devoirs sous le bras, sa boîte à lunch à remplir de trucs santé et biodégradables, ses cours de danse et de karaté auxquels assister les mardis soir et ses téléromans-préférés-enregistrés-pour-passer-les-annonces.

Il se pointera et vous frappera de plein fouet avec sa routine.

Qui ça?

Le méchant monstre de la Rentrée! Bou-ah-ah-aaaaaah!

À lire les diverses publications à l'aube du retour à l'école, c'est à se demander si nous sommes, comme parents, aptes à élever nos enfants! Non, mais quand on s'y attarde un minimum, on a l'impression que la rentrée est un tsunami auquel les plus «organisés», les plus «efficaces» et les plus «équipés» survivront.

Le phénomène se classe une coche en dessous de la fin du monde.

Sans farce, partout on nous donne des trucs pour SURVIVRE aux soirs de semaine ET à l'affreuse Rentrée.

Notre alliée? La mijoteuse!

Aussi, mieux vaut avoir dans nos rangs - pour s'en sortir vivants - une femme de ménage, un chauffeur pour charrier les enfants et, ne prenons aucune chance au cas où la mijoteuse ne mijoterait plus, mettons stand by un chef étoilé du Guide Michelin.

Honnêtement, cette tendance à devoir «réussir» notre rentrée a de quoi rendre les parents fous. Ce n'est pourtant pas un phénomène nouveau...

Toutes ces «solutions rapides et efficaces», ces «soupers express à moins de deux piasses», ces «astuces indispensables», cette folie à vouloir tant nous aider à nous «préparer au blitz du début d'année», ça me rend malade.

On n'a même plus besoin de s'en faire pour l'achat du matériel scolaire. Tous ceux qui se fendent en quatre pour nous vendre des gommes à effacer en plastique de Staedtler Mars et des pochettes extensibles avec fermeture à glissière pour reliure se sauvent désormais avec notre liste en courant. Quand ils reviennent, c'est tout juste si les pages lignées des cahiers Canada ne sont pas déjà noircies.

Il est où le problème alors? Au souper?

À ce que je sache, aucune famille n'a fait la grève de la faim pendant l'été. Oui, l'horaire était moins rigide, mais septembre ne nous plonge quand même pas dans l'inconnu.

Quand est-ce que la rentrée scolaire a basculé du côté obscur de la force en devenant une chose qui dévaste soudainement la vie quotidienne?

La rentrée, c'est l'odeur des feuilles lignées neuves et des crayons de couleur tous-aiguisés-égaux. C'est le plaisir de casser de nouveaux souliers. D'étrenner une nouvelle paire de jeans. De retrouver les amis. D'expérimenter un cadenas à combinaison. C'est le retour au calme et à la routine.

J'adore ce moment de l'année même si oui, je l'avoue, je ne me suis pas ennuyée deux secondes et quart de devoir faire des lunchs sans déchets, sans noix, sans oeufs, sans bisphénol A, etc.

Mais puis-je éviter la rentrée?

Non, impossible de s'en sortir. Alors mieux vaut l'accueillir à bras-le-corps.

Parole d'une fille qui est loin d'être Madame Changement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer