Une bouteille à la mer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Gaboriault
La Voix de l'Est

(Granby) Il y a quelque chose de réconfortant à connaître une sommelière.

Dimanche dernier, nous étions en route vers le lac Champlain pour aller y chercher notre grande qui terminait un week-end de voile dans la famille d'une bonne amie à elle.

Du coup, on offrait un lift à la maman qui commençait ses vacances et qui allait rejoindre le reste de sa bande.

Avant notre départ, j'avais pris soin d'aller me faire conseiller une bonne bouteille à la SAQ. Quelque chose de bien à offrir en cadeau.

Un petit rouge pour dire merci.

«Tu connais le Rouge Gorge à Montréal? Le restaurant? Celui d'Alain Rochard? Il est un des propriétaires du vignoble Le Loup Blanc», m'a lancé la dame.

Euh... non, non et re-non!

Je m'en remettais à ses connaissances et à son expérience. Pour offrir un vino en cadeau, je voulais autre chose que mon Merlot Sea Ridge à 13,80$ qui fait le job le vendredi soir après le travail. Le papa et la maman qui nous accueillaient ce soir-là, on les croise de temps en temps entre 15h42 et 15h53 dans la cour de l'école ou quand les filles s'organisent un party pyjama un samedi soir. Je n'avais pas grand-chose à quoi m'accrocher pour faire un choix éclairé lié à leurs goûts.

Parmi toutes les propositions de la conseillère, j'ai donc opté pour un vin rouge du vignoble Le Loup Blanc, Les trois p'tits cochons.

Bio et un brin québécois, je trouvais qu'il allait très bien à nos hôtes au pied marin.

Bref, on roulait quand Nathalie (nom fictif) s'est mise à nous raconter ses fiançailles. Pour l'occasion, son amoureux lui avait préparé une surprise des plus romantiques et, surtout, fort symbolique. La date marquant le jour de leur rencontre, il l'a accueillie avec une lettre d'amour à faire pleurer. Celle-ci reposait au milieu de deux cercles entrelacés faits de 30 bouteilles de Grands Crus!

Des vins choisis avec soin par un sommelier. De bonnes bouteilles à déguster à deux le jour de «leur date», et ce, pour les 30 prochaines années.

Le romantisme à son paroxysme!

Après avoir retrouvé ma mâchoire tombée quelque part entre l'accélérateur et la pédale de frein, je me suis souvenue de mon idée géniale de leur offrir «une bonne bouteille».

- Y'est mieux d'être (super) bon!, que je me disais en pensant à mon vin au nom de conte pour enfants, caché sous les bagages dans ma valise de char.

J'ai même pensé l'échapper subtilement dans l'eau en passant du dinghy au voilier. Une bouteille de plus à la mer...

Pas du genre à s'enfarger dans les fleurs du tapis uni, ils ont accueilli notre cadeau avec grande joie. Tous deux aiment découvrir de nouveaux vins. Fiouuuuuuuuuuuuu!

Une partie de moi avait malgré tout besoin d'être rassurée.

J'ai donc pris la balle au bond quand Marie-Michèle Grenier, sommelière, m'a envoyé sa chronique hebdomadaire lundi.

Elle m'a appris qu'Alain Rochard était ici une star du monde vinicole et que son resto faisait partie des bars à vin hyper tendance ces temps-ci. Non, mais!

«Tu peux dormir sur tes deux oreilles, ton choix était top! Tu as été très bien conseillée», qu'elle m'a confirmé.

Si je l'ai remerciée avec une bonne bouteille pour la consultation?

Poser la question, c'est y répondre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer