Jours de premières

Isabelle Gaboriault et Michel St-Jean, pour l'exposition Granby... (Christophe Boisseau-Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Isabelle Gaboriault et Michel St-Jean, pour l'exposition Granby 365.

Christophe Boisseau-Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Gaboriault
La Voix de l'Est

Prenez n'importe quelle liste des 100 choses à faire avant de mourir et entre Apprendre le mandarin et Voir une aurore boréale, vous trouverez i-né-vi-ta-ble-ment Écrire un roman, un livre pour enfants, une chanson ou un livre de recettes.

C'est un classique. Même chez les gens qui n'ont jamais écrit une ligne de leur vie. Comme je ne suis pas (si) différente des autres, j'ai, moi aussi, rêvé de voir mon nom écrit dans un bouquin.

Et pas seulement pour spécifier qu'il m'appartient!

Non. Voir mon nom à titre d'auteure.

J'y rêve encore. Même que je travaille à mettre un check à côté avant longtemps.

Je vous tiens au courant.

Mais déjà, grâce à un ami photographe, je peux me réjouir d'avoir laissé ma trace dans un ouvrage appelé à traverser le temps. Car il est là le vrai désir - du moins pour moi - : celui de rester présente malgré le passage des années. Ne jamais cesser d'exister. Ne pas tomber dans l'oubli.

La Ville de Granby, en collaboration avec le photographe Michel St-Jean, lançait lundi Granby 365. Un recueil-de-photos-fait-sur-le-long qui renferme près d'une cinquantaine de thèmes différents touchant Granby. Ses événements, ses gens, ses joyaux y sont présentés à travers 88 photos prises par Michel sur une période d'une année complète.

D'où le 365 (jours).

Une quarantaine de sujets sont accompagnés de courts textes. Des textes que j'ai écrits «par les soirs». Une pige très instructive qui m'a fait redécouvrir mon Granby et qui, j'espère, fera faire de belles découvertes aux amoureux de photos qui s'y attarderont.

Aux curieux, sachez qu'une vingtaine de photos et leur vignette sont exposées jusqu'au 24 juillet à la salle 207 du Centre culturel France-Arbour.

Ma belle-mère expose souvent mes chroniques sur son frigo, ce qui me fait chaque fois un petit velours, mais voir certains de mes textes au coeur d'une vraie de vraie exposition, ça, c'est une autre belle première.

***

En 2009, quand Pierre Lavoie accouchait de son Grand défi, de mon côté, je me préparais à accueillir ma deuxième fille. Ma dernière sortie à vélo remontait au début de mon secondaire. Le désir de me remettre en forme m'a fait remonter sur ma selle. Au fil de mes années d'entraînement, le beau Pierre a eu le temps de lancer La Boucle. Une épreuve plus accessible (dans tous les sens du terme) que le 1000 km. En 2013, je me suis donc mise à rêver de compléter un jour cette épreuve, qui consiste à boucler un trajet d'environ130 km en une journée.

Ce grand moment tant espéré s'est réalisé pas plus tard que samedi dernier. Après Québec et Montmagny, La Boucle se déroulait cette année à Saint-Jean-sur-Richelieu.

La porte d'à côté! Je ne pouvais pas manquer ça.

J'ai relevé le défi dans le «peloton des souris» que j'ai pu suivre comme un chien de poche après des kilomètres de butinage. Un groupe que j'ai découvert grâce à Johanne et Paul, un couple de Granby, croisé par hasard.

Devinez d'où venaient les fameuses souris coiffées de la boucle (concept) rose à pois de Minnie Mouse? De Granby!

Un peloton parfait. (Salutations à la famille Brabant et à Lyne-la-machine!)

On dirait bien que Granby s'occupe, de diverses façons, à ce que je réalise mes rêves.

Vite, ramenons le vieux slogan: Granby, ville du bonheur!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer