Fous des mots

Ça fait des mois que je fais comme s'il n'existait pas. Et lui, il reste là,... (Tirée du site de Guillaume Musso)

Agrandir

Tirée du site de Guillaume Musso

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Gaboriault
La Voix de l'Est

Ça fait des mois que je fais comme s'il n'existait pas. Et lui, il reste là, patient. Je repousse sans cesse le moment, car le scénario, je le connais trop. Je l'ai vécu des dizaines de fois. Si je lui donne ne serait-ce que quelques minutes de mon temps, je vais être piégée. Après, il sera impossible pour moi de reculer. En plus, je devrai oublier pour un bout mes indispensables - longues - nuits de sommeil.

Je résiste, mais ma curiosité et mon envie d'évasion ont de douces limites. Surtout qu'un quatorzième titre de Musso vient d'arriver en librairie!

Lors de notre dernier club de lecture à mes amies et moi, début janvier, je suis repartie avec L'instant présent sous le bras, le dernier livre de Guillaume Musso. Cet auteur français est entré dans ma chambre à coucher il y a peut-être deux ans avec La fille de papier. Depuis, j'ai dévoré sept de ses bouquins. Chaque fois qu'un auteur m'agrippe ainsi, je me pose toujours la même question : Non, mais, comment font-ils?

Comment tous ces auteurs à succès arrivent-ils à pondre des suspenses aux intrigues indéchiffrables? Quels sont leurs trucs pour enchaîner les rebondissements? C'est quoi la recette pour créer des univers enveloppants, souvent plus vrais que nature? Quel est leur secret pour nous faire voyager, pour nous faire passer par toute la gamme des émotions?

Ado, j'ai lu Ça de Stephen King, le dos toujours collé à un mur tellement j'avais peur. J'ai eu un choc en lisant la derrière page de Si c'était vrai, de Marc Lévis. Je me suis ennuyée des personnages quand j'ai terminé la saga Le Chardon et le Tartan de Diana Gabaldon. Avec Ken Follet, je sentais l'odeur de la laine vendue à Kingsbridge par le belle Aliena. Les personnages de Musso ont un humour qui me fait souvent rire aux larmes.

Ces auteurs ont un don. Je ne vois pas d'autres explications.

Comment font-ils pour que chaque page nous pousse vers l'autre et que chaque fin de chapitre nous donne juste envie de lire celui qui suit?

Manier les mots ainsi relève de l'art.

J'aimerais bien être capable de retarder le sommeil de centaines de milliers de lecteurs avec mes histoires...

J'ai un ami, Bernard Beaudry, un homme qui aime écrire, qui a tenu à me partager divers trucs bons à savoir avant de se lancer dans l'écriture d'un roman.

Dans son Nouveau code d'écriture pour les nuls, vibrant plaidoyer contre la coupe abusive d'arbres, il commence par avertir le romancier en devenir de ne pas se lancer dans un «Himalaya de pages». Avec des histoires courtes, moins détaillées et contenant peu de personnages, on économise dans le papier, insiste-t-il.

Pour «éviter les pavés qui pèsent lourd à bout de bras», mon cher ami propose de faire court sur les descriptions, d'éviter les détails et comptes rendus disproportionnés.

Pour que l'économie de bois née de la production de livres plus minces serve à lui bâtir un nouveau deck de piscine, il invite les futurs best-sellers à ne pas «allonger la sauce avec des phrases alambiquées qui n'en finissent plus de se mordre la queue».

Finalement, toujours dans un souci de faire simple et de sauver les forêts environnantes, il suggère de réduire la taille des polices utilisées, car, dit-il, «on a tous une loupe grossissante qui traîne dans le fond d'un tiroir».

Vous l'aurez deviné, M. Beaudry possède un sens de l'humour raffiné à paliers multiples destiné à des lecteurs capables d'une belle gymnastique intellectuelle. Un grand (plus petit que moi quand même) pince-sans-rire qui a déjà deux romans à son actif.

J'espère honnêtement qu'il ne projette pas de publier SON fameux code. S'il fallait qu'un énergumène prenne ses propos pour du cash, on ne serait pas sorti du bois... et plus aucun livre n'y prendrait naissance non plus.

Le genre d'auteur amoureux des mots à ne pas prendre au pied de la lettre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer