Dérapage

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Gaboriault
La Voix de l'Est

(Granby) Remplie d'espoir - et de beaucoup de naïveté -, je suis retournée éplucher les Spotted envahissant Facebook cette semaine, souhaitant tomber sur un sujet aussi passionnant que GISHWHES. C'est là, précisément sur Spotted Farnham et environs, qu'une collègue branchée avait trouvé l'histoire de cette fille qui cherchait un âne pour un défi à relever dans le cadre d'une chasse au trésor mondiale et déjantée. J'ai eu un fun noir à écrire l'aventure d'Isabelle Laframboise la semaine dernière.

Certaine de trouver, encore, un sujet-perle-rare, j'ai de nouveau fouillé sur ce site « fourre-tout » en début de semaine. En vain.

Pour alimenter une chronique toutefois... ô que l'endroit est inspirant !

Qu'est-ce que Spotted ?

D'abord lancée dans les collèges britanniques, cette page Facebook servait initialement à déclarer son amour à un autre, de façon anonyme. Une espèce de « messagerie amoureuse ». Mais à grande échelle, le concept a dérapé. Désormais, le flirt se dilue à travers la multiplication d'annonces de chats perdus. Les gens l'utilisent maintenant pour faire divers appels à tous loufoques, y vendre des gugusses où... trouver leur chat.

Les gens cherchent, par exemple, le meilleur dentiste du coin, le meilleur resto de sushi en ville ou la meilleure recette de sangria du monde. Madame Chose cherche son chat Chelsea. Des entreprises publient des offres d'emploi. Monsieur Untel désire retrouver son chat Ti-Prout. Une équipe d'hockey-balle cherche un gardien de but. Une autre, une joueuse F5. La petite Violette a perdu son chat Pompon...

Mais en prenant soin d'épouiller toutes les publications, on découvre, non sans découragement, que la débrouillardise a littéralement pris le bord... en tenant le Gros Bon Sens par la main.

Une semaine avant le début des classes, une mère sondait le monde à savoir si les autres parents dans son quartier avaient, eux, reçu l'information nécessaire à la rentrée... Appeler à la commission scolaire ou directement à l'école l'aurait peut-être éclairée, non ?

Une autre maman se demandait quoi faire quand son enfant a une activité à 17 h, mais qu'elle, termine le boulot... à 17 h.

« On fait quoi ? Les enfants ne soupent pas ? », demandait-elle.

Je lève mon chapeau à la personne qui lui a donné le truc... d'ajouter un repas supplémentaire dans la boîte à lunch du petit pour le soir ce jour-là. Je ne peux pas croire que certains prennent le temps de partager ce genre de questionnement au lieu de s'investir à trouver des solutions.

Voilà pourquoi j'ai beaucoup ri en lisant ceci.

- Où puis-je cueillir des framboises ? , a demandé quelqu'un.

- Dans un champ de framboises, lui a-t-on répondu. Boum !

Non, mais, il y a des douces limites à la paresse. On vit dans le garde-manger du Québec. Des petits fruits, il en pousse à tous bouts de champs entre Montréal et Sherbrooke. Prends le bottin ou la 112, pis fouille !

À côté d'un internaute qui cherchait « la personne la plus forte de Granby » et un autre qui se fait suggérer d'aller dans le Vermont, alors qu'il cherchait un steak house « dans les environs », je suis tombée sur un phénomène sa-vou-reux.

Quelqu'un a pris le temps de publier la liste de ses cours au cégep avec le nom des profs qui les dispensent, en demandant aux autres leurs impressions sur chacun. Leur appréciation. Comme si cela allait déterminer sa présence ou non en classe.

« Moi, je suis formidable ! », lui a alors répondu une des enseignantes figurant sur la fameuse liste.

BOUYA !

Formidable, vous dites ? Tellement !




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer