L'art pour dynamiser la ville

Francine Charland, directrice de l'Atelier 19, et le... (Janick Marois)

Agrandir

Francine Charland, directrice de l'Atelier 19, et le maire de Granby, Pascal Bonin, lors de l'inauguration de la murale Les espaces verts accrochée à un mur de l'école Parkview.

Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Gaboriault
La Voix de l'Est

(Granby) Quand il est question d'habillage des murs, l'Atelier 19 ne passe pas par quatre chemins. Grâce à une oeuvre géante accrochée sur l'école Parkview, on dirait que l'établissement vient de pousser à l'est du parc Victoria ! Par l'inauguration de cette création collective intergénérationnelle, l'organisme poursuit la réalisation d'un grand rêve : produire une galerie d'art communautaire publique à Granby.

L'idée d'un circuit coloré, culturel et touristique à Granby a été lancée par l'Atelier 19 en 2009. Rappelons que l'organisme se spécialise dans le développement du plein potentiel des jeunes par le biais de l'art communautaire. Il met en valeur l'imaginaire collectif et la créativité citoyenne. Il veille aussi à démocratiser l'art, le tout dans un grand respect de l'environnement.

Appuyé par la Ville, le projet nommé Granby prend son envol, vise donc à « dynamiser la ville par la création d'oeuvres artistiques participatives » mettant en vedette le talent de gens d'ici, jeunes et moins jeunes, explique Francine Charland, directrice de l'Atelier 19.

La murale Les espaces verts, qui donne désormais du pep à l'un des murs de l'école Parkview bien visible de la rue Mountain, est la première création incluse dans une entente de trois ans signée récemment avec la Ville pour la production de plusieurs oeuvres qui verront le jour au centre-ville, précisément.

Un collectif

L'oeuvre Les espaces verts, créée par 18 participants, 11 jeunes et 7 aînés, met en scène un jeune homme et une jeune femme entourés d'arbres et d'animaux que l'on retrouve à Granby : des ratons laveurs, un héron, un lièvre, un renard.

« Un petit ruisseau rappelle la rivière Yamaska et nous avons fait un petit clin d'oeil à l'asclépiade, l'emblème de Granby », fait remarquer Mme Charland. Être lié à la nature à l'Atelier 19, c'est primordial. »

« L'art social fait partie du développement culturel d'une ville. »

Aussi, note l'artiste, toutes les oeuvres de l'Atelier 19 portent des messages pour améliorer les conditions sociales, et de vie, de la communauté. « L'art social fait partie du développement culturel d'une ville », insiste la directrice.

Un fait avec lequel le maire de Granby s'est dit en accord. « Vous dégagez une énergie contagieuse, a dit Pascal Bonin. Ce que vous faites me touche beaucoup. Quand je regarde cette murale, je ne vois pas que des couleurs et des personnages, je vois plein de petites cordes directement liées à l'âme des gens (qui ont participé à sa création). »

Le maire a souligné que l'art communautaire embellissait une ville et que celui-ci faisait ressortir le meilleur des gens.

L'étincelle

C'est habité par un grand manque de confiance en lui et « pas bon pantoute en peinture », que Cédric Fortin s'est présenté un jour à l'Atelier 19. Là-bas, on lui a fait confiance. C'est le tout petit élan dont il avait besoin pour, enfin, ouvrir ses ailes. « L'Atelier 19 m'a tout apporté, tranche le grand gaillard. C'est l'étincelle qui m'a fait décoller. On m'a fait confiance et maintenant, je sais que je suis capable d'aller plus loin. »

Participer à la production d'une oeuvre collective de l'ampleur de Les espaces verts représente tout un défi, a fait remarquer Francine Charland. « Il faut avoir de l'humilité et une vision de groupe, a dit la directrice de l'Atelier 19. Il faut être ouvert. »

L'artiste à la tête de l'organisme n'avait d'ailleurs que de bons mots pour tous ces jeunes, tous ces membres créateurs (bénévoles) et tous ces gens qui prennent part, de près ou de loin, à la mission de l'Atelier 19.

« Ça a été un beau partage, a souligné pour sa part Céline Côté, membre créatrice. Je suis très reconnaissante. »

Au total, l'Atelier 19 peut compter sur l'appui de 30 membres créateurs. Isabelle Gaboriault

La murale Les espaces verts parl de protection... (Janick Marois) - image 3.0

Agrandir

La murale Les espaces verts parl de protection de l'environnement.

Janick Marois

Un partenariat naturel

La relation entre l'école primaire Parkview et l'Atelier 19 ne date pas d'hier. Nicole Carrière, qui dirige l'établissement depuis trois ans, participait déjà à divers projets de l'organisme à l'époque où elle enseignait. Accepter de prêter un des quatre murs de son école pour y accrocher une oeuvre collective intergénérationnelle était donc pour elle tout naturel. «Nous avions l'espace parfait et, en plus, le thème fait partie des valeurs environnementales de l'école», souligne-t-elle.

Le fait que la murale Les espaces verts, qui représente la protection des espaces verts dans la ville et qui illustre la qualité de vie dont jouissent les Granbyens, se trouve à un jet de pierre d'un des plus vieux parcs de Granby, enchante d'ailleurs Francine Charland.

La directrice de l'Atelier 19 a également souligné la grande ouverture de la commission scolaire Eastern Township envers les arts et l'environnement. «C'est prouvé, l'art est bénéfique pour les jeunes», a-t-elle rappelé.

L'accueil de l'oeuvre sur panneaux faisant 20 pieds sur 30 à l'école Parkview n'est que le début d'une collaboration qui se poursuivra cet automne, ont annoncé les deux femmes.

«Le projet n'est pas fini!», a précisé Mme Carrière.

En septembre, les enfants fréquentant l'école de la rue Lorne pourront exprimer leur créativité dans le cadre d'un projet participatif. «On va s'investir avec les jeunes, car on veut qu'ils se l'approprient (la murale)», insiste Mme Charland.

«C'est intéressant, car la murale apporte une nouvelle vue sur notre école!», ne cache pas Nicole Carrière, sourire en coin, elle qui considère l'endroit comme «un beau petit secret en ville!» Isabelle Gaboriault 

À vos crayons!

Les projets ne font pas peur aux gens qui fréquentent l'Atelier 19. Un a à peine le temps de sécher qu'un autre est déjà en chantier. Le prochain sera d'ailleurs réalisé à quelques pas seulement de la murale de l'école Parkview. Fraîchement rénovée, la bibliothèque Paul.O-Trépanier prévoit aménager un petit jardin extérieur sur son terrain. Le muret qui ceinturera cet espace vert sera magnifié par des oeuvres produites par l'Atelier 19.

Pour ce faire, l'organisme lance deux concours. Le premier en est un de citations. Tous les citoyens de Granby sont invités à soumettre une citation qui les a nourrit, accompagnée du nom de son auteur. Les gens ont jusqu'au vendredi 4 août pour partager leur citation susceptible d'être intégrée à l'oeuvre. Celles choisies seront collées à une banderole qui sera tenue par des oiseaux imaginaires. D'où le deuxième concours de l'Atelier 19. Les citoyens sont appelés à dessiner un oiseau fantaisiste. Des critères précis doivent toutefois être respectés pour leur donner vie. Pour les connaître, il faut se présenter en personne à l'Atelier 19 situé dans le local 301 du Centre culturel France-Arbour. Pour le concours de citations, des coupons de participation sont disponibles directement à la bibliothèque Paul.O-Trépanier. Isabelle Gaboriault




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer