La générosité, une affaire de famille

Thomas Drapeau, neuf ans, laisse pousser ses jolis... (Julie Catudal)

Agrandir

Thomas Drapeau, neuf ans, laisse pousser ses jolis cheveux blonds depuis environ trois ans pour en faire don.

Julie Catudal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Thomas Drapeau avait six ans quand il a décidé qu'il laissait pousser sa belle chevelure couleur d'or pour qu'elle devienne une perruque destinée à une personne atteinte du cancer. Il se fera couper les cheveux le samedi 27 mai dans le cadre du Défi têtes rasées de Leucan.

« Je veux aider ceux qui ont le cancer, lance le jeune philanthrope, rencontré chez lui, à Sainte-Cécile-de-Milton. Quand on donne nos cheveux pour ceux qui ont le cancer, ça les aide parce qu'ils ont toujours les cheveux rasés », ajoute-t-il avec la simplicité unique aux enfants.

Il y a environ trois ans, le garçon de neuf ans a entendu une entrevue de Jonathan Crompton dans laquelle le quart-arrière expliquait sa démarche pour donner ses cheveux pour la fabrication de perruques.

« J'ai dit à Thomas que ça serait une bonne idée s'il voulait le faire, explique son père, Benjamin. Au début, il a accepté. » Mais un jour il a craint de devenir la risée de son école s'il arrivait en classe avec la tête rasée...

« J'ai eu un peu peur que les autres rient de moi parce que, dans le temps, j'avais les cheveux aux épaules. Mais je trouve que c'est plus important d'aider ceux qui ont le cancer que de me soucier de ceux qui rient de moi », confie-t-il avec courage. 

« Il s'est vraiment mis dans la peau d'un enfant qui revient dans sa classe avec les cheveux rasés par obligation et non par générosité, renchérit M. Drapeau. Quand il a reculé, je lui ai expliqué que c'était sûrement la situation que vivent les enfants qui retournent à l'école après des traitements. »

Effet contagieux

Son implication a eu un effet d'entraînement. Son père, son grand frère, son grand-père, son cousin et deux de ses oncles forment l'équipe le Défi des générations. C'est sa tante qui rasera Thomas le 27 mai.

Des amis à lui passeront aussi sous le rasoir. Le jeune homme a fait le tour de son école pour inviter les enfants à participer. Un courriel a par ailleurs été envoyé aux parents par la direction pour les informer de l'initiative du jeune élève.

L'objectif financier de tout ce beau monde est de 1500 $, une somme qui sera remise en entier à Leucan. Lundi soir dernier, 820 $ étaient déjà amassés.

Pour continuer de faire augmenter les dons, le salon de coiffure Émilie Grenier, de Sainte-Cécile-de-Milton, invite les gens à se faire raser pour la cause les 5 et 6 mai.

Le 27 mai, la salle communautaire du village se transformera en kermesse où plusieurs jeux seront organisés, explique la mère de Thomas, Catherine Bernier, qui aide à l'organisation. La dernière fois que la maman a coupé les cheveux de son fils, le petit bonhomme entrait à la maternelle!

La fête commencera à 13 h 30 et la première tête sera rasée à 15 h 30. Il est possible de faire un don en ligne, sur la page de l'équipe Défi des générations, ou sur place le 27 mai.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer