Huit têtes valent mieux qu'une!

Le groupe après... plus léger.... (Julie Catudal)

Agrandir

Le groupe après... plus léger.

Julie Catudal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Gaboriault
La Voix de l'Est

(Granby) Confectionner une perruque à partir de cheveux naturels ne se fait pas en criant ciseau. Le programme québécois DonEspoir Cancer se spécialise toutefois dans le domaine. Un colis rempli d'une douzaine de couettes de Granby atterrira d'ailleurs sur son bureau cette semaine. Résultat de l'initiative d'une fille d'ici aux longs, longs cheveux et au grand coeur.

En mars 2016, Andréanne Lamontagne et Geneviève Carrier lançaient ensemble deux petites entreprises à Montréal: Box Organisation et Tonic. Au même moment, la mère de Geneviève apprenait qu'elle était atteinte du cancer. Souhaitant mettre un baume sur son désarroi à l'idée de perdre ses cheveux au terme de traitements de chimiothérapie, Andréanne a alors pensé partager avec elle une partie de sa tignasse. «Je cherchais tellement quoi faire..., raconte au bout du fil la jeune granbyenne d'origine de 31 ans. J'ai beaucoup de cheveux et ils poussent vite. Mais pour faire une perruque, ça prend quatre, cinq têtes...» 

Impuissante, elle décide alors de se laisser pousser les cheveux pendant un an. Pour faire sa part, sa queue de cheval, elle prévoit l'offrir à l'organisme montréalais DonEspoir Cancer, qui fabrique des perruques de cheveux naturels destinées aux enfants. «J'ai cherché un organisme québécois qui oeuvre pour les Québécois, insiste-t-elle. Je ne voulais pas d'une grosse business dont les profits servent à entretenir une image.»

Comme plusieurs têtes valent mieux qu'une, elle a aussi lancé un appel à tous sur Facebook. Douze personnes ont répondu, dont sa soeur Véronique et leur cousin, Mathieu. «Son projet tombait pile, car au même moment, j'apprenais le décès d'une amie, emportée par le cancer», raconte Véronique Lamontagne, qui n'a pas été difficile à convaincre.

«Mon amie était une personne coquette et je sais que pour elle l'idée de perdre ses cheveux aurait été une dure épreuve, poursuit-elle. Moi, je suis en santé et des cheveux, ça repousse. Ça me fait plaisir de le faire en sa mémoire.»

Grand jour

Dimanche dernier, un an après avoir lancé l'idée, Andréanne et sa bande se sont donc retrouvés au salon BellesR'Belles de Granby pour se faire couper les cheveux, entre autres par la coiffeuse Marie-Ève. Une personne manquait à l'appel lors de l'heureux événement: la mère de Geneviève. Elle a été emportée par la maladie le 1er avril dernier. «C'était sa mère, mais aussi sa meilleure amie, a avoué Andréanne avec émotions. Elle nous a beaucoup aidées...»

Ensemble, le groupe a réussi à récolter une douzaine de queues de cheval de toutes les couleurs pour les enfants malades. «Ça a super bien été, a souligné Andréanne au lendemain de son événement. C'est clair qu'on le refait l'an prochain!»

Fait inusité: c'est le gars du groupe qui a remis la couette la plus longue. «Moi, j'ai donné 11 pouces et lui 15!, s'est réjouie l'instigatrice de l'événement capillaire. Une amie a donné

14 pouces. L'énergie que cette journée a généré, c'était super cool!

Pour en savoir plus sur Don Espoir Cancer, on visite le donespoircancer.ca




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer