Pour les fines gueules

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
France Arbour

Collaboration spéciale

La Voix de l'Est

On devrait conserver la « gueule » pour les animaux, mais la « fine gueule » s'est implantée hardiment pour ceux et celles qui ont une bouche au goût raffiné, au plaisir certain, à la découverte de mets exotiques, à la dégustation de vins nouveaux, en résumé à vous qui avez la gourmandise sur la langue.

Vous qui aimez les verbes goûter, savourer, déguster, siroter, avaler, saliver, etc., voyons ensemble l'histoire des mots venant de ce processus de créer de la nourriture. 

Marmite est un récipient très profond et souvent fermé par un lourd couvercle cachant son contenu aux fouineurs et son nom remonte au XIIIe siècle. Il signifie « hypocrite ». 

Le « gourmet » est celui qui sait apprécier la bonne chère et le bon vin. Dès le XIVe siècle, le « groumet » est chargé de conduire les vins (grommes et signifiait valet en vieux français, grom jeune garçon, en anglais). 

Gromme a disparu et grom est devenu groom. Le mot a évolué sous l'influence de gourmand. Non il n'a pas de féminin. La gourmette est un bracelet aplati datant du XXe.

Aimez-vous le kebab 

Ce mot est une francisation du turc kebap (grillade). C'est une version de sandwich composé de pain, de fines tranches de viande et de crudités. En 1431, le voyageur français Bertrandon de La Broquière rapporte qu'en Anatolie on mange la viande, tranchée à même la broche.

Le « panini » en italien est (panino) qui signifie « petit pain ». Le français a emprunté son pluriel pour désigner, depuis les années 1990, un sandwich garni de fromage, de viande ou de poisson, passé au gril afin de rendre la croûte bien croustillante.

Le « sandwich » a été inventé en l802 par le cuisinier du comte de Sandwich, donc au début du XIXe siècle afin que ce dernier trouve un en-cas et ne quitte pas son jeu d'échecs. On peut le faire maintenant autant avec de la « baguette » du « pain de mie » du pain « pitta » et caetera.

Il boit à tire-larigot est une expression peu connue ici. Le larigot est une petite flûte. En langage populaire de France, c'est vider des verres en grand nombre ou boire d'un trait. Ici on dirait « il boit comme un trou. »

Chez nos cousins français, on peut entendre « il a son pompon ». Chez nous, on entend « ié pompette ». Si au bar français on entend « donne-moi un gros rouge » ou « un petit blanc », on sait très bien ce que cela veut dire. De notre côté on ne boit pas de la « piquette ».

Non, on n'est pas né pour un « petit pain », on aime la belle grosse miche et la baguette et on ne crache ni dans le vin ni dans la bière. Et, surtout, ne mettez jamais de l'eau dans votre vin.

Santé, prost, yassou, za droujbou !




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer