Zoom sur les beautés du fleuve Saint-Laurent

Jean-Thomas Bédard est à la fois cinéaste, peintre... (photo fournie par Jean-Thomas Bédard)

Agrandir

Jean-Thomas Bédard est à la fois cinéaste, peintre et photographe.

photo fournie par Jean-Thomas Bédard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle
La Voix de l'Est

(Granby) Alors que certains naissent avec l'oreille musicale, Jean-Thomas Bédard, lui, possède un oeil photographique. Une façon de voir les choses qui met en valeur de grandes beautés naturelles sur lesquelles, pourtant, tous ont le nez collé. Son dernier terrain de jeu ? Les battures du fleuve St-Laurent. Du 18 mars au 18 avril, le photographe invite les gens au Centre d'interprétation de la nature du lac Boivin pour y découvrir un univers unique qui recèle de petits bijoux.

Alors que certains naissent avec l'oreille musicale, Jean-Thomas... (photo fournie par Jean-Thomas Bédard) - image 1.0

Agrandir

photo fournie par Jean-Thomas Bédard

De sa fenêtre de chambre, l'enfant qu'était Jean-Thomas Bédard avait une vue imprenable sur le lac Saint-Jean. Cette « petite mer intérieure », il l'a vue afficher toutes ses splendeurs, même à la lueur de la lune.

« C'est resté en moi », ne cache pas celui qui oeuvre aussi comme peintre et cinéaste.

C'est en retournant dans son patelin, plus précisément à Pointe-Taillon, pour montrer son coin de pays à sa femme et ses enfants il y a quelques années, que son regard s'est posé plus longuement sur les vagues que formaient alors les plaques de sable sur le bord du lac.

« Il y avait toutes les couleurs, se souvient-il. Du vert, du rouge, des bruns, des noirs. De nombreux minéraux viennent de la rivière Péribonka et ça se dépose sur les plaques de sable. Ça n'avait pas de bon sens ! C'est là que j'ai pris la première photo de ce genre. »

Ce « genre », se sont souvent des photos prises en plongée sur les battures mises à nue à marée basse, des clichés de colonies de moules qui se dévoilent ou encore de rochers stratifiés grugés par l'eau et le vent au fil du temps. Des décors volés principalement au bas du Fleuve (Bas-Saint-Laurent) et à la côte nord de la Gaspésie.

« J'aime beaucoup le fleuve, ne cache pas celui qui est un artiste dans l'âme. C'est tellement inspirant, grandiose et c'est chez nous ! C'est un trésor extraordinaire que j'effleure. C'est tout un monde. »

« Je me suis dit : 'Si je ne l'exploite pas, personne ne va le faire à ma place ! , poursuit-il, visiblement emballé. Ce n'est pas un sujet banal le fleuve Saint-Laurent. C'est notre trésor national. Il faut en prendre soin. »

C'est donc en levant le voile sur ses beautés cachées et fragiles, insiste l'homme que l'on peut aussi qualifier d'environnementaliste, qu'il espère sensibiliser les gens à l'importance de ce qui, pour lui, représente « la voie royale qui a inspiré l'héritage culturel et spirituel des Québécois ».

« Je veux amener les gens à découvrir, à voir ce qui est à nos pieds, dit-il. C'est l'art de projeter un cadre mental. »

Près d'une vingtaine de photos seront donc exposées au CINLB. Des grands formats. Pour chaque photo vendue, M. Bédard s'engage à remettre 10 $ à la Fondation pour la Sauvegarde des écosystèmes du territoire de la Haute-Yamaska (SÉTHY) où il agit à titre de vice-président.

« Mon but n'est pas de faire de l'argent, mais bien de partager cette beauté-là », souligne-t-il. 

Après Granby, Jean-Thomas Bédard entend faire voyager son exposition à travers le Québec, voire de l'autre côté de l'Atlantique. « Je veux la faire circuler vers les gens d'où viennent les photos, dit-il. Je pense à Rimouski, Rivière-du-Loup, Percé, Gaspé, Tadoussac, etc. Je pense aussi à Valcourt, qui possède un beau centre d'exposition, et j'en ai aussi parlé à un ami en France. »

Comme « l'esthétique du fleuve cache tout un univers», le photographe croit que celui-ci saura également plaire aux enfants. Inspirer les écoles à créer pourrait être une avenue à explorer. « Si un géologue se penchait là-dessus, il y aurait sans doute un cours à monter, pense-t-il tout haut. Et avec le lichen qu'on retrouve dans les battures, il y a quelque chose à faire en botanique. Ce fleuve, c'est une mine d'or ! »

Le vernissage de l'exposition Beautés cachées du Saint-Laurent aura lieu le dimanche 19 mars, de 13 h 30 à 16 h 30, au CINLB situé au 700, rue Drummond, à Granby. Information au 450-375-3861. Aux curieux, sachez que le photographe vous réserve un petit concours d'observation lors de l'événement...




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer