Une respiration à la fois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Dominique Tremblay

collaboration spéciale

La Voix de l'Est

Les troubles de santé mentale sont encore tabous aujourd'hui et pourtant, personne n'est à l'abri. On connaît tous quelqu'un qui a été en arrêt de travail pour épuisement. Les gens me partagent régulièrement souffrir d'anxiété. Femmes enceintes et jeunes mamans, enfants, adultes... Les troubles anxieux peuvent toucher tout le monde sans discrimination. L'anxiété est-elle devenue le mal du siècle? Besoin d'exceller, soucis financiers, horaires trop chargés, technologie envahissante? Notre société est stressée et va vite. Beaucoup trop vite. Il n'y a pas si longtemps, la majorité des gens travaillaient physiquement. Aujourd'hui, c'est 75% des gens qui travaillent avec leur tête. Les problèmes de santé qui auparavant étaient principalement physiques se sont aujourd'hui transférés en problèmes de l'esprit. Comme le corps n'est pas déconnecté du système nerveux, il ressent les effets de cette détresse: douleurs chroniques, trouble de l'humeur, fatigue, insomnie, etc. La société a considérablement changé. On en demande de plus en plus à une seule personne. Enfants comme adultes, on presse de plus en plus le citron de la performance. Il y a moins de place pour le plaisir et la détente, mais plus de peur de vivre. Or, l'être humain a un besoin vital de se sentir relié à l'autre et considéré pour ce qu'il est. Le respect et la confiance sont des composantes humaines essentielles, mais fragiles. Quand le stress déborde de partout, le système nerveux explose, car il n'est pas conçu pour accumuler du stress. Il faut revenir à un mode de vie mieux adapté à l'humain. Aménager un temps quotidien pour relaxer et ralentir le rythme. Retrouver un équilibre corps esprit et faire le choix de donner de l'espace à cette partie de soi qui en a tant besoin. C'est pour ça que l'approche du yoga fonctionne tellement bien. Au-delà de ce qu'on « accomplit » dans un cours, il y a tout ce que l'on ne fait pas. La non-action qui équilibre l'action.L'anxiété est un mouvement de l'esprit vers le futur. Elle perturbe notre respiration qui, à son tour, amplifie le mal-être. Il est urgent de réapprendre (à nos enfants aussi), à faire une chose à la fois. Un exercice simple (mais pas nécessairement facile), sera d'observer la respiration. Assis confortablement, les yeux fermés, observez simplement le souffle sans le contrôler. S'accorder de 5 à 7 minutes pour permettre au métabolisme de la respiration de relaxer. On met une minuterie si on veut et peu importe si des pensées arrivent, on retourne vers l'observation, encore et encore, sans jugement. Pour les enfants de moins de 13 ans, trois minutes suffiront.Un deuxième outil sera de s'offrir un temps pour une relaxation guidée. Pratique de grande guérison, la relaxation permet de libérer des tensions profondes et de récupérer du sommeil.Le site de PasseportSanté.net donne accès à des balados (relaxations, méditations) gratuites. Ce sont des outils très bien faits qui vous permettront de prendre un peu de recul, une respiration à la fois.

Namasté!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer