Dire mieux

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
France Arbour

Collaboration spéciale

La Voix de l'Est

En ce début d'année, je dédie ma chronique à tous ceux et celles qui se préoccupent d'avoir le mot juste ou l'expression exacte. 

Amoureuse des langues et, surtout, de la nôtre (oui, le français), je soumets à votre attention des corrections faciles que vous appliquerez, ou non, selon votre bon plaisir ou votre bonne volonté. 

C'est parti !

Amener/apporter. Ces deux verbes sont souvent employés à tort et à travers. Il convient donc de préciser qu'APPORTER ne peut avoir comme complément qu'un mot désignant un objet ou un être inanimé. On apporte des fruits, des fleurs, un paquet, une poupée. On peut aussi apporter de l'aide, un conseil, des renseignements, une lettre, un jouet, des cadeaux, etc.

Le verbe AMENER est conservé pour une personne ou un animal. On amène un enfant à l'école, un patient à l'hôpital, des amis à un rendez-vous, son chien chez le vétérinaire. Le verbe amener peut aussi être utilisé dans le sens de conduire ou transporter une chose en un lieu ou jusqu'à une personne. Quelques exemples : ces marchandises seront amenées par avion. L'eau est amenée jusque chez vous par un réseau de conduites.

Au jour d'aujourd'hui est redondant, puisqu'aujourd'hui donne déjà l'idée du « jour où nous sommes ». On peut le conserver dans la littérature ou encore lorsqu'il y a volonté d'insistance ou une nuance de plaisanterie. L'idéal est de ne pas en abuser, mais cette tournure est correcte.

On ne dit pas « au plan international, au plan juridique, au plan économique, au plan moral ».

On devrait dire « sur le plan international, sur le plan juridique, sur le plan économique et au point de vue moral. »

Booké, overbooké, surbooké viennent de book (livre) qui, pour nous, est « noter, enregistrer, réserver, occuper ». Être occupé dit bien ce que cela veut dire. Je n'ai aucun moment de libre, je suis très occupée ! J'ai un agenda très rempli. Surtout, n'imitez pas les jeunes qui sont « full bookés ! »

Booster est le nouveau mot à la mode dans la publicité et en France. Ils se font « booster la peau, les cheveux, les ventes, la carrière, la croissance, le commerce, les relations internationales. »

Je leur suggère « stimuler, régénérer, relancer, augmenter, accélérer, développer. » Je suis certaine que vous aussi pouvez ajouter à ma litanie. Quand on débine les USA, mais qu'on leur emprunte un nombre effarant de mots (pour faire pédants), on commet des péchés véniels à tour de langue.

Notre langue est pleine de subtilités, de fantaisies, de règles de prononciation et d'exceptions, mais elle est aussi savoureuse, précise et, surtout, précieuse pour ceux et celles qui continuent, au quotidien, de l'aimer, de l'améliorer, de l'écouter et de la reproduire avec fierté.

Voilà, c'est dit et écrit,

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer