Chiffres, préfixes et suffixes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
France Arbour

Collaboration spéciale

La Voix de l'Est

Que d'expressions dans notre langue avec des chiffres !

Voilà mon petit tour d'horizon.

Repartir à 0 (zéro).

En 3 (trois) temps, 3 (trois) mouvements.

C'est une 3 (trois) watts ou ce n'est pas une 100 (cent) watts.

Tirer à 4 (quatre) épingles.

Un 5 (cinq) à 7 (sept).

De midi à 14 (quatorze) heures.

Un 2 (deux) de pique.

Couper les cheveux en 4 (quatre).

Faire ses 4 (quatre) volontés.

Il en a vu 36 (trente-six) chandelles.

Je le connais comme les 5 (cinq) doigts de ma main.

Se mettre sur son 31 (trente-et-un).

Se fendre en 4 (quatre).

Y en a pas 2 (deux) comme lui/elle.

Voilà une partie seulement des expressions mêlées de chiffres.

Pour se rappeler : un préfixe, c'est une lettre unique ou quelques lettres qui transforment le sens d'un mot.

Prenons le mot politique. Ajoutons un a devant et nous voici apolitiques (qui n'aime pas ou ne veut pas s'impliquer dans la politique).

Le mot jeu + en devient enjeu (ce qui signifie « but »).

Le mot gel + anti devient antigel (qui va combattre le gel).

Le suffixe, c'est le contraire. C'est à la fin du mot qu'on ajoute un nouveau sens.

Le mot galop + ade devient galopade (action de faire du galop à cheval).

Le roc + aille sera la rocaille (endroit où se trouve verdure et roches).

Plusieurs mots se paient un préfixe et un suffixe.

Le mot nul peut devenir an/nul/er.

Commode sera ac/commode/r.

On trouvera a/pesant/eur.

La liste est longue et il faudrait des pages entières de notre hebdo Le Plus pour en donner des exemples.

Il est bon, à l'occasion, de renouveler une donnée ou de préciser une règle de grammaire ou de remarquer un fait de langage. Quelquefois on peut se donner un sans-faute. On peut même ajouter un petit bravo.

Quelqu'un m'a fait remarquer que je suis une policière de la langue. Je ne le crois pas, car je n'ordonne pas aux gens de se transformer, je ne donne pas de contraventions, je ne me prononce pas ex cathedra comme le pape François. Je souligne nos erreurs, je propose des corrections, je révise des données et je suscite un moment de lecture que j'espère agréable tous les 15 (quinze) jours.

Pour mon plaisir, avec le sourire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer