Ascension du Kilimandjaro: la persévérance de Mathieu Grenier

Le Granbyen Mathieu Grenier a gravi le Kilimandjaro... (photo janick Marois)

Agrandir

Le Granbyen Mathieu Grenier a gravi le Kilimandjaro au profit de la Société de recherche sur le cancer à la mémoire de ses proches emportés par la maladie et de son frère.

photo janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Granby) La persévérance permet souvent d'atteindre des sommets. Parlez-en au Granbyen Mathieu Grenier. Déterminé à vouloir contribuer à la Société de recherche sur le cancer, il a travaillé sans relâche pendant deux ans pour amasser les 11 500 $ nécessaires pour gravir le Kilimandjaro au profit de la fondation. Son trek n'était pas terminé qu'il rêvait déjà de s'impliquer à nouveau en parcourant le désert du Sahara. 

En compagnie de 12 autres participants, le Granbyen... (photo fournie par Mathieu Grenier) - image 1.0

Agrandir

En compagnie de 12 autres participants, le Granbyen a atteint le sommet du Kilimandjaro en octobre. Grâce à ses différentes collectes de dons, il a remis plus de 13 000 $ à la fondation.

photo fournie par Mathieu Grenier

Sensible aux ravages du cancer, le père de famille rêvait depuis longtemps de faire sa part pour la Société de recherche sur le cancer. Rencontré une première fois par Le Plus en septembre

2014, Mathieu Grenier prévoyait participer à l'ascension du Kilimandjaro en 2015. Or, la campagne de financement était alors un défi plus colossal qu'il ne l'avait imaginé. Il aurait pu abandonner ou simplement remettre les sous amassés à ce moment-là.

Envahi par ce désir de vouloir conquérir ce sommet d'Afrique à la mémoire de ses proches emportés par le cancer et à celle de son frère, décédé dans un accident de voiture alors qu'il venait d'entreprendre des études pour devenir chercheur pour vaincre ce grand mal, il a persévéré. «J'ai fait des miracles, lance-t-il, sourire aux lèvres. La collecte de dons, c'est un deuxième emploi à temps plein!»

Il a multiplié les kiosques de vente de hot dogs à la sortie des épiceries, participé à des activités d'emballage dans les supermarchés et recueilli des dons à l'entrée de divers commerces. « C'est grâce à ces gens-là que j'ai réussi », affirme-t-il, visiblement reconnaissant. Il a ainsi remis plus de 13 000 $ à la Société de recherche sur le cancer. 

Le sommet en tête

C'est en octobre qu'il s'est envolé, en compagnie de

12 autres participants, « tous des gens de coeur », en direction de la Tanzanie pour atteindre le sommet de la montagne d'une hauteur de 5895 mètres. Son ascension ne s'est toutefois pas déroulée sans difficulté. «C'est extrêmement difficile l'altitude. Dès que j'arrêtais de marcher, j'avais des étourdissements, raconte l'homme de

29 ans. C'est atroce ! »

La température n'a pas été de tout repos non plus. Une nuit, le mercure a chuté jusqu'à

-20 degrés Celcius. N'empêche, rien de tout ça n'allait freiner ses ardeurs. « J'allais faire le sommet, peu importe ce qui arrivait ! », dit-il. 

Son groupe et lui - accompagnés d'une équipe africaine qui s'occupait des repas et du confort de chacun - marchaient en moyenne six heures par jour. Des porteurs veillaient à une partie des bagages. C'est à la sixième journée que les participants ont touché au but. « Tout le monde pleurait ! Tout le monde était joyeux d'avoir atteint le sommet. C'était beau!», décrit-il. « Je suis fier de ce que j'ai fait, de ce qu'on a accompli », ajoute-t-il du même souffle. 

Mathieu Grenier décrit son expérience comme un « dépaysement total ». Il conseille d'ailleurs à tout le monde de vivre ce périple au moins une fois dans sa vie. 

Désert du Sahara 

Alors qu'il marchait vers le sommet du Kilimandjaro, Mathieu Grenier a décidé de s'investir à nouveau auprès de la Société de recherche sur le cancer en participant à un autre défi. En mars 2018, il compte plier bagage à nouveau pour traverser le désert du Sahara. Pour y participer, il devra cette fois amasser la somme de 8000 $. « La cause me tient à coeur. Je peux aider sans que ça me coûte une fortune », dit-il. 

Quelques participants avec qui il a gravi la plus haute montagne africaine devraient d'ailleurs être de cette nouvelle aventure.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer