S'ouvrir aux expériences

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Gaboriault
La Voix de l'Est

(Granby) En se pliant au Test de lecture de l'état d'esprit dans les yeux il y a quelques années, Jacques Bouchard a pu mettre un nom sur ce qu'il vivait: le syndrome d'Asperger, un trouble du spectre de l'autisme. Pour lui, cerner les émotions chez les autres a toujours été difficile. Imaginez maintenant les rendre en incarnant un personnage. C'est pourtant ce qu'il a réussi récemment. Le capitaine Georg von Trapp dans La mélodie du bonheur version granbyenne, c'est lui.

Jacques Bouchard incarne le capitaine Von Trapp dans... (Catherine Trudeau) - image 1.0

Agrandir

Jacques Bouchard incarne le capitaine Von Trapp dans La mélodie du bonheur présentée à Granby. Oser vivre diverses expériences, c'est le conseil qu'il donne aux gens qui, comme lui, sont aux prises avec le spectre de l'autisme.

Catherine Trudeau

Si l'homme de 64 ans fait un tel «coming out» au terme des quatre représentations du 21, 22 et

23 octobre derniers à l'église St-George, c'est qu'il veut sensibiliser les gens à une «réalité qui fait maintenant partie de la vie».

«Plus ça va, plus il y en a (des jeunes et des adultes aux prises avec le spectre de l'autisme), souligne-t-il. Ces enfants-là sont les adultes et les travailleurs de demain. Ces gens-là, si vous leur offrez un travail adapté, ils vont vous donner ce que vous voulez, et plus encore!»

Vouloir atteindre la perfection ou encore avoir des comportements répétitifs sont des traits qui caractérisent souvent les personnes Asperger. Des aspects de la personnalité qui, encadrés, peuvent devenir de grandes qualités. «Moi, quand j'embarque dans quelque chose, je me donne à fond, lance-t-il. Let's go!»

C'est d'ailleurs l'enchaînement de nombreuses passions qui lui a permis de ne pas souffrir d'isolement, par exemple, à l'adolescence. «Je souffrais de carence, oui, mais je trouvais autre chose pour me désennuyer.»

La musique a toujours été une grande passion dans sa vie. Le chant est venu plus tard. C'est sa conjointe de l'époque, au retour d'un spectacle de la mezzo-soprano Sylvie Pellerin, instigatrice de La mélodie du bonheur dans la région avec Olivier Chagnon, qui a proposé à

M. Bouchard de tenter une audition. Il a plongé dans l'aventure. C'est lors d'une pratique où il devait rendre une émotion en particulier qu'il a décidé de s'ouvrir à ses camarades de jeu au sujet de sa maladie. «Je leur ai dit qu'ils allaient obtenir ce à quoi ils s'attendaient, mais qu'ils devaient être patients.»

À force de travail, Jacques Bouchard a finalement relevé cet autre défi.

Oser. C'est le message que le ténor veut transmettre aux gens qui, comme lui, sont atteints du spectre de l'autisme. «Moi, les bottines suivent les babines!, insiste-t-il. Je leur dis de vivre des expériences. Je les invite à ne jamais refuser ce qui leur est offert, car développer divers intérêts peut les mener très loin.»

Depuis quelques années, Jacques Bouchard accepte d'ailleurs de parler de son parcours dans le cadre de conférences. «J'ai reçu beaucoup et je considère que je continue de recevoir, alors c'est ma façon très humble de redonner à mon tour», dit-il.

Une retraite en chanson

En plus de s'être donné comme mission de vie de démythifier l'autisme dans la société, M. Bouchard entend «étendre ses tentacules» dans la région pour pouvoir chanter le plus souvent possible.

«Je veux chanter de l'opéra, des ballades, du Queen, n'importe quoi! Payez-moi juste mon gaz!», lance-t-il en riant.

«Quand un diagnostic tombe, il faut s'arrêter, faire le point et aller vers l'avant, ajoute-t-il. Il faut se dire 'Qu'est-ce que je fais avec ça?' Moi, j'ai ce talent-là (le chant) et je veux le partager. Je veux chanter pour le plaisir.»

Et du plaisir, il n'a pas fini d'en avoir. Devant le succès de La mélodie du bonheur, deux supplémentaires auront lieu le samedi 7 janvier prochain. 

Pour les gens qui voudraient recevoir Jacques Bouchard en conférence ou encore en savoir plus sur le syndrome d'Asperger, sachez qu'il est toujours disponible.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer