Guérir autrement: témoignage d'une jeune femme inspirante

Élizabeth Pinault présentera Guérir autrement le dimanche 6... (photo fournie par Élizabeth Pinault)

Agrandir

Élizabeth Pinault présentera Guérir autrement le dimanche 6 novembre. Un témoignage sur son expérience avec un trouble alimentaire.

photo fournie par Élizabeth Pinault

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Gaboriault
La Voix de l'Est

(Granby) Élizabeth Pinault se souviendra toute sa vie de son voyage humanitaire au Nicaragua. C'est là, dans un marché de la banlieue de Granada, qu'elle a retrouvé son identité alors occultée par un trouble alimentaire. Le dimanche 6 novembre, elle offrira une conférence pour témoigner de son parcours. Une expérience qui lui a prouvé qu'il est possible de guérir autrement.

Élizabeth a aujourd'hui 17 ans. Elle étudie en Arts et lettres, profil cinéma et communication, au collège Dawson de Montréal. Son but dans la vie? Pratiquer un métier qui lui permettra de jumeler ses trois grandes passions: le cinéma, les voyages et le développement international. Des passions qui, à peine un an avant son voyage en Amérique Centrale, ne l'habitaient plus.

«Avant l'âge de 15 ans, j'étais heureuse et je n'avais pas de problèmes, lance Élizabeth au bout du fil. Mais en secondaire IV, ça a dérapé dans ma tête. Je suis devenue une autre personne: il y avait la bonne Élizabeth et la Élizabeth malade.»

La «mauvaise» était obsédée par l'alimentation. «Moi qui mangeais déjà très bien, dit-elle. Et qui n'avais pas de poids à perdre!»

Élizabeth mesure 5 pieds, huit pouces. Au début de sa maladie, elle pesait 130 livres. Au fil du temps, elle a chuté jusqu'à105 livres. «Ça paraissait beaucoup et ce n'était pas bon du tout (pour la santé), raconte-t-elle. Avec mes parents, on a décidé de me traiter de façon non conventionnelle.»

Comment? «En me gardant connectée à la bonne Élizabeth, explique-t-elle. Mes parents ne m'ont jamais collé d'étiquette. Ils m'ont toujours dit 'Tu vis une expérience'. C'est ce qui m'a sauvée.»

Une mise en scène proposée aux élèves en plein voyage humanitaire au Nicaragua est venue donner le coup de grâce à sa maladie. «Au marché, il fallait, avec le budget d'une famille nicaraguayenne, faire l'épicerie pour une semaine, raconte-t-elle. C'était la famine, mais pour moi ça a été un miracle. Je me suis dit 'Mais qu'est-ce que je fais? ' Je suis dans les mêmes conditions, mais c'est moi qui me les impose. Je me suis trouvée vraiment nounoune. Ça a eu l'effet d'une grosse douche froide.»

«J'ai tout réalisé. J'ai réalisé qui j'étais pour vrai, poursuit-elle. J'ai mis le doigt sur ce que je voulais faire plus tard. Sur le fait que je ne veux pas être anorexique.»

Une révélation qui l'a complètement métamorphosée. Ce reflet qu'elle voyait désormais enrobé dans le miroir ne l'était plus. «Ça a été un gros choc! , ne cache pas Élizabeth. C'est fou comment ça a cliqué dans ma tête!»

La jeune femme reconnaît toutefois que le chemin qu'elle a emprunté vers la guérison peut ne pas convenir à une autre personne. «Je ne suis pas de ceux pour qui tout est tout noir ou tout blanc, insiste-t-elle. Je considère qu'il y a plusieurs façons de guérir autrement et je sais que ce ne sont pas tous les troubles alimentaires qui peuvent se guérir de façon alternative. C'est une possibilité.»

Pour elle, cette approche a été la bonne. Prendre sa traversée comme une expérience lui fait voir, par exemple, que ses chances de rechute sont nulles. «Une expérience t'apporte des choses, t'en fait comprendre d'autres, alors qu'une étiquette, c'est pour toujours, explique la jeune femme avec sagesse. Une expérience, tu ne fais pas ça deux fois!»

Et de cette expérience est née une conférence. Forte du succès qu'a connu Guérir autrement présentée pour financer un voyage en Inde l'été dernier, Élizabeth a décidé de remettre ça le 6 novembre, à 13h, au café-étudiant du Cégep de Granby. Cette fois, les profits de cette activité (les billets sont 15$), serviront à réaliser un voyage au Kenya lors de la prochaine saison estivale.

Pour des billets: elizabethpinault99@hotmail.com. Il est possible de s'en procurer sur place le jour même de la conférence.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer