Agni, le feu digestif

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Dominique Tremblay

collaboration spéciale

La Voix de l'Est

Dans la vision occidentale, la digestion correspond aux enzymes, aux sucs gastriques, à la bile et à toutes les fonctions digestives: l'assimilation, la digestion, la transformation et l'élimination. Les récentes découvertes scientifiques accordent maintenant une grande importance à notre système digestif dans le maintien de la santé globale. Les nouvelles études font par ailleurs plusieurs liens entre les maladies chroniques, l'obésité ou la santé mentale et la qualité de notre flore intestinale (microbiome). Or, l'Ayurveda a toujours défini notre santé grâce à notre capacité à digérer. Et celui qui gouverne toutes ces transformations, c'est Agni. Agni représente notre habileté à transformer, assimiler, digérer et absorber les aliments, mais c'est beaucoup plus large que notre simple pouvoir de digestion. C'est aussi notre capacité à métaboliser tous les aspects de notre vie. Un feu fort et harmonieux permet d'éliminer ou de neutraliser les toxines ou Amas. Les toxines en trop grandes quantités et mal éliminées s'accumuleront dans les parties les plus faibles de notre organisme; les articulations, la lymphe, les cellules adipeuses, la peau, etc. Une partie importante de cet équilibre vient de Ojas, substance sécrétée dans le corps à la suite d'un bon Agni. On peut le traduire par intelligence, vitalité, clarté, bonheur, confiance et joie. Lorsque Ojas est en trop petite quantité, il y a confusion dans l'intelligence du corps et le système immunitaire chute. L'Ayurveda fait donc référence à la santé comme un état de plénitude et à l'art de maintenir l'équilibre. Garder Agni équilibré va dépendre de certains facteurs extérieurs dont les changements de saison, les voyages, les cycles de la journée et par des facteurs intérieurs dont la période de vie dans laquelle on se trouve (enfance, adulte...) et par notre constitution individuelle (Pitta, Kapha ou Vata). Selon notre constitution, un Agni faible se traduira pour les Pitta par de l'irritabilité, des brûlements d'estomac ou des migraines. Pour les gens de type Kapha, par la sensation de lourdeur, de l'embonpoint, des sécrétions (ex : sinusites) ou par un manque d'énergie. Pour les gens de type Vata, par un manque d'appétit, de la constipation ou de l'anxiété. Voici quelques grands principes qui conviennent à tous : manger le repas principal de la journée autour de midi. Manger au 2/3 de sa capacité: un peu d'espace dans l'estomac favorise une meilleure digestion. Manger assis, dans un endroit calme et agréable et attendre quelques minutes avant de se lever de table. Éviter de manger un gros repas après le coucher du soleil, manger des aliments de saison et fraîchement préparés, boire de l'eau chaude à petites gorgées toute la journée, éviter le grignotage et laisser cinq heures entre chaque repas. L'exercice et le yoga influenceront aussi Agni. Yoga/pranayama dynamique : augmente Agni. Yoga/pranayama doux: apaise Agni. Le changement de saison vous rentre dedans? Un morceau de gingembre frais dans une tasse d'eau chaude donnera un petit coup de pouce à votre feu digestif. À siroter dans la bonne humeur! Bel automne à tous!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer