Lire et faire lire

Patrick St-Denis est responsable des services aux bénévoles... (Photo Alain Dion)

Agrandir

Patrick St-Denis est responsable des services aux bénévoles au Centre d'action bénévole de Granby qui sert désormais d'antenne locale pour le programme Lire et faire lire.

Photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Gaboriault
La Voix de l'Est

(Granby) Dès le 25 octobre, les élèves de première année de la classe de Madame Anne-Sophie du pavillon Ste-Marie de l'école du Phénix s'envoleront, en petits groupes, vers le pays imaginaire. L'espace d'une heure, grâce à la présence d'une brigade de bénévoles-lecteurs, ils se colleront au plaisir de la lecture alors que s'amorcera le programme Lire et faire lire. Cette initiative du Centre d'action bénévole (CAB) de Granby vise à donner le goût des livres aux enfants et, du coup, favoriser les liens entre les générations.

Les personnes de 50 ans et plus qui... (photo Julie Catudal) - image 1.0

Agrandir

Les personnes de 50 ans et plus qui souhaitent faire la lecture aux enfants peuvent se joindre au programme Lire et faire lire.

photo Julie Catudal

L'idée de Lire et faire lire est née en France en 1999. En 2002, elle s'est implantée au Québec grâce à des bénévoles de 50 ans et plus soucieux de faire découvrir le bonheur de lire aux élèves du premier cycle. Interpellée par cette cause, une bénévole du CABG a manifesté son intérêt de voir un tel programme voir le jour à Granby. Patrick St-Denis, responsable des services aux bénévoles chez l'organisme, a pris la balle au bond, faisant du CABG l'antenne locale de Lire et faire lire dans la région.

«On se préparait à cogner à la porte de l'école Ste-Marie et ce sont eux qui sont venus frapper à la nôtre! , se réjouit M. St-Denis. On répond donc vraiment à un besoin. C'est un projet l'fun qui a une grande dimension humaine.»

La seule chose à laquelle l'enseignant doit s'engager en s'ouvrant au programme Lire et faire lire, c'est de libérer une période d'une heure par semaine de son horaire, et ce, sur huit semaines. Ainsi, à l'école Ste-Marie, sur une base hebdomadaire du 25 octobre au 13 décembre, les enfants accueilleront des bénévoles-lecteurs. Pour l'occasion, la classe sera répartie en petits groupes de trois, quatre élèves maximum histoire de créer une ambiance chaleureuse, propice à la lecture.

«Et le CAB invite ses bénévoles-lecteurs à donner leur propre couleur à ce moment.

«Je veux qu'ils soient à l'aise, qu'ils s'amusent et qu'ils transmettent leur passion pour la lecture, insiste Patrick St-Denis. Ça peut donc aller dans tous les sens.»

Il est même possible, pour un bénévole familier avec la tablette, de passer à l'ère numérique. «Ça peut prendre différentes formes», poursuit-il.

Une autre beauté du programme, c'est qu'il pourra facilement faire boule de neige dans les autres écoles. Juste dans la municipalité de Saint-Jean-sur-Richelieu, 20 écoles primaires accueillent les bénévoles de Lire et faire lire.

«Et partout, ce n'est pas pour décharger les profs, mais pour donner une couleur différente à l'école», fait remarquerM. St-Denis en soulignant qu'à bibliothèque Paul-O.-Trépanier, tous sont au courant que le programme s'amorce à Granby. «Au-dessus de1000 bibliothèques au Québec sont abonnées à Lire et faire lire, explique-t-il. Elles accueillent ainsi les bénévoles et leur font des suggestions de lecture.»

Toutes les personnes de50 ans et plus qui désirent devenir bénévoles-lecteurs pour le programme Lire et faire lire, suffit de joindre Patrick St-Denis au CABG au 450-372-5033.

Pour en savoir plus sur le programme, visitez le www.lireetfairelire.qc.ca

Faire lire... et faire écrire

Ceux qui pensent que le Centre d'action bénévole de Granby se concentre exclusivement sur le maintien à domicile des aînés, sachez que l'organisme contribue au bien-être des gens, petits et grands. Après être devenu l'antenne locale du programme Lire et faire lire, voilà que le CABG planche sur un projet destiné, cette fois, aux préados.

Le projet est tellement embryonnaire qu'il ne porte pas encore de nom précis. Chose certaine, dévoile Patrick St-Denis, responsable des services aux bénévoles, celui-ci s'adresserait aux élèves du deuxième cycle du primaire et il les inviterait à écrire.

«Ils pourront écrire à un bénévole, par exemple, d'une à deux fois par semaine», dit-il, en répétant que rien n'est encore coulé dans le béton.

Les enfants seraient ainsi appelés à parler de leurs bonheurs, de leurs malheurs, de leurs inquiétudes, etc. Le tout de façon anonyme et à la main.

De leur côté, des bénévoles leur répondraient.

«C'est quelque chose à mettre en place et nous voulons bien le monter», insiste M. St-Denis. Par exemple, une travailleuse sociale accompagnerait l'équipe de bénévoles. L'objectif du CABG est de lancer ce nouveau projet d'ici un an.

Isabelle Gaboriault

Anne-Sophie Ruel enseigne en première année à l'école... (photo Julie Catudal) - image 3.0

Agrandir

Anne-Sophie Ruel enseigne en première année à l'école du Phénix, pavillon Ste-Marie. Sa classe servira de tremplin pour le programme Lire et faire lire cette année.

photo Julie Catudal

Quand lire rime avec plaisir

Quand il est question de lecture, Anne-Sophie Ruel, enseignante en première année à l'école primaire du Phénix, est tout ouïe. Cet automne, sa classe accueillera les premiers bénévoles-lecteurs du programme Lire et faire lire piloté par le Centre d'action bénévole de Granby. En entendant parler du projet, elle a été harponnée au mot «Lire».

«J'étais aussitôt attrapée!, lance celle qui enseigne au premier cycle au pavillon Ste-Marie. La lecture est très importante pour moi. Tous les matins, j'y accorde une période dans ma classe. On regarde les images, les mots, les syllabes.»

Ouvrir sa classe à des bénévoles soucieux de transmettre leur passion pour la lecture allait de soi. D'ailleurs, le côté intergénérationnel du programme a aussi charmé la professeure.

Selon Mme Ruel, Lire et faire lire ne peut qu'être positif pour tout le monde. «C'est un autre beau moyen de développer le plaisir de lire chez les enfants», insiste-t-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer