Café haïtien équitable : Noula sur une lancée

On voit ici le président fondateur de Noula,... (Photo fournie par M. Stéfanovich)

Agrandir

On voit ici le président fondateur de Noula, Jean-Christophe Stefanovich en compagnie de membres du regroupement en Estrie: Louise Choquette, Anne-Marie, Anne-Marie Archambault, Carline Louis-Charles, Pierre Boisclair, Jacques Lacoste, Véronique Bisaillon et François Pelletier.

Photo fournie par M. Stéfanovich

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Granby) Le nom de la coopérative de solidarité Noula circule de plus en plus auprès des consommateurs de café équitable dans la région. Ceci en raison du travail acharné des bénévoles de l'organisation sur le terrain pour redonner ses lettres de noblesse à cette industrie jadis florissante en Haïti. D'ailleurs, de récents partenariats de Noula avec des joueurs majeurs du monde des affaires laissent présager un important essor de ses activités.

Alors qu'Haïti se relève peu à peu du dévastateur ouragan Matthews qui a durement frappé l'île, l'aide humanitaire afflue vers la Perle des Antilles. De son côté, Noula va à contre-courant en continuant d'outiller les producteurs haïtiens de café de la région de Baptiste pour propulser les ventes de leur «or brun» à un autre niveau. Ceci malgré la taille réduite de l'organisation ayant des ramifications aux quatre coins du Québec. «On est petit, mais ce qui fait notre force, c'est de faire partie du mouvement coopératif», a indiqué Pierre Boisclair, responsable du groupe en Estrie.

Le réseau dont fait partie Noula s'est agrandi au fil des ans. Un des principaux partenaires de la première heure est Café Cambio, un importateur-torréfacteur établi à Chicoutimi. Un autre important maillon de cette coalition est Cooperative Coffees, un regroupement de 23 torréfacteurs spécialisés dans le café équitable, dont les membres sont répartis au Canada puis aux États-Unis. «Grâce à cette structure, on est capables d'avoir un effet de levier et de faire bouger les choses», a fait valoir Jean-Christophe Stefanovich, président fondateur de Noula.

Pour donner un ordre de grandeur, à elle seule, Noula importe l'équivalent de 6000 livres de café annuellement, soit environ20% d'un conteneur. De son côté, Café Cambio en fait entrer cinq fois plus au Québec. On parle d'une centaine de conteneurs de café du côté de Cooperative Coffees, a mentionnéM. Stefanovich.

Tremplin

Les programmes de Noula se déclinent en trois axes. Le premier consiste à appuyer la relance de la production en Haïti de concert avec l'Union des coopératives caféières de Baptiste (UCOCAB). Le second concerne le développement communautaire de cette région agricole. Le troisième est le transfert des connaissances d'une région à l'autre pour permettre à cette industrie un plus vaste rayonnement. Ainsi, Noula est à un moment charnière de son existence, car elle vient de conclure une entente avec trois partenaires majeurs. La Coalition Québec-Haïti Café a été créée en ce sens il y a quelques mois. L'organisation regroupe notamment la division internationale de l'Union des producteurs agricoles du Québec (UPA), le fonds Solidarité Sud et la branche mondiale de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ). «On était à la recherche depuis trois ans de partenaires qui étaient équipés techniquement et financièrement pour relancer la filière agricole en Haïti. Avec les partenaires d'envergure, on a définitivement de solides assises pour faire avancer les choses plus rapidement. C'est un véritable tremplin pour nous », a imagé M. Stefanovich.

De plus, Noula vient d'obtenir une subvention de 100 000$, répartie sur deux ans, du ministère des Relations internationales et de la Francophonie (MRIF) via le programme québécois de développement international, a indiqué Pierre Boisclair. Cette somme servira notamment à «identifier des producteurs qui ont prouvé leur savoir-faire». «On veut que ces gens servent de modèle. Ils pourront les faire venir sur leur plantation pour leur transmettre leurs connaissances», a-t-il expliqué.

De son côté, Noula poursuit son ascension. D'ailleurs, les ventes de café ne cessent de progresser dans la région, a affirmé M. Boisclair. « La coopérative de solidarité compte huit membres en Estrie. Il y a deux ans, je vendais environ 75 livres de café par mois. Ça a doublé depuis. Des fois, je me sens un peu victime de notre succès, a dit le sympathique gaillard. Mais ça, c'est un beau problème.»

Pour de plus amples renseignements à propos de Noula ou pour commander du café: Pierre Boisclair au 450-266-1031 ou consultez le site noulacoop.com.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer