Stress, yoga et respiration

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Dominique Tremblay

collaboration spéciale

La Voix de l'Est

La sagesse ancienne dit « Lorsque le souffle est agité, l'esprit est agité. Lorsque le souffle est immobile, l'esprit est immobile ».

On sait aujourd'hui que la pratique du yoga, même 15 minutes par jour, procure plusieurs bienfaits: une meilleure immunité, un meilleur sommeil, une diminution de la douleur et une meilleure oxygénation des cellules. Le yoga permet de renverser les effets nocifs du stress et, grâce aux postures, à développer notre capacité respiratoire globale mais aussi spécifique. Chaque asana installe une respiration qui lui est propre. Or, un haut niveau d'anxiété et de stress entravera ce processus. Ils réduiront notre capacité à bien respirer. En cas de stress, la respiration devient saccadée. On pense à inspirer, mais on oublie d'expirer profondément. L'inspiration s'allonge et l'expiration raccourcit. Le stress engendre aussi des tensions musculaires. Cela influence le diaphragme, un muscle profond et important pour l'aisance respiratoire.

Dans la détente, notre respiration naturelle est lente et régulière. Le stress prolongé met le diaphragme sous tension et engendre un blocage. La respiration est plus rapide et son mouvement superficiel. Dès lors, le corps reçoit moins d'oxygène, l'air étant coincé dans les poumons, le corps ne parvient plus à expirer suffisamment et élimine moins de gaz carbonique.

L'installation d'une respiration naturelle et profonde est essentielle à la pratique correcte du yoga. Libérer sa respiration n'est pas évident, car il ne s'agit pas tant de volonté que de relâcher et de défaire les tensions. Les postures vont aider le corps (et l'esprit) à libérer les résistances profondes dont celles qui sont logées au niveau du diaphragme. Par ailleurs, on observe souvent une nette amélioration de notre respiration après seulement quelques asanas. La relaxation, l'observation de ses sensations et la conscience du souffle permettent d'entrer en contact avec soi, de se déposer. Allonger l'expiration par rapport à l'inspiration contribuera à dissoudre les tensions et à calmer le mental. Son rôle est d'augmenter l'action du système nerveux parasympathique (pour la détente) et de diminuer celle du système nerveux sympathique au stress.

Par le freinage du passage de l'air à la glotte, Ujjayi sera une excellente technique à intégrer au quotidien. Ujjayi favorise l'allongement du souffle et le ralentissement de son rythme. Le son léger qu'il produit peut servir de point de concentration au mental et contribuer ainsi à le calmer.

La respiration abdominale permet d'augmenter notre capacité respiratoire et d'améliorer les échanges gazeux. La respiration profonde, quant à elle, met en jeu les mouvements du diaphragme et des muscles abdominaux. L'alternance des contractions et des relâchements masse les organes internes et régularise la digestion.

Le yoga est et sera toujours une approche entière qui restaure notre équilibre pour enfin avoir le sentiment de déposer bagage et de rentrer à la maison.

Namasté!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer