Trois projets à l'école de danse Équilibre : «on veut devenir la référence pour les jeunes»

Le propriétaire de l'école de danse Équilibre de... (Janick Marois)

Agrandir

Le propriétaire de l'école de danse Équilibre de Bromont, Chan Leboeuf.

Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Granby) Pas de doute, ça bouge à l'école de danse Équilibre de Bromont. Et il devrait y avoir encore plus d'action sous peu. En effet, le propriétaire de l'organisation, Chan Leboeuf, projette d'ajouter aux séances de hip-hop, de ballet classique et de «street jazz» un service de relation d'aide pour les jeunes ainsi que des ateliers sportifs et culturels.

Depuis plus d'une décennie, l'école de danse Équilibre s'enracine dans son milieu. Il y a un an, Chan Leboeuf a pris les rênes de l'organisation. Plusieurs nouvelles idées se sont alors mises à germer. «J'ai réalisé que j'étais assis sur une petite mine d'or, a imagé le dynamique jeune homme. Pas nécessairement en terme d'argent, mais plutôt parce qu'il y a tellement de potentiel inexploité chez les jeunes. Ils sont entre 150 à 200 à venir ici régulièrement. Je veux leur donner les outils pour s'ouvrir à toutes sortes de choses.»

Le service de relation d'aide est la première initiative que veut mettre de l'avant Chan Leboeuf. «Les jeunes arrivent ici et ils se sentent en confiance. On devient comme une deuxième famille pour eux. J'aimerais avoir un spécialiste en référence avec qui on pourra communiquer si on a quelqu'un qui traverse des difficultés. On a déjà trois personnes qui ont démontré de l'intérêt pour nous appuyer. Un psychologue, un psychiatre et un psychoéducateur», a-t-il indiqué, précisant que ce service devrait être lancé dès décembre.

Culture

La danse est une forme d'expression très prisée des jeunes, a constaté Chan Leboeuf au fil des ans. Il veut néanmoins que ceux qui fréquentent son centre, établi dans des locaux à l'aréna de Bromont, s'ouvrent à de nouvelles disciplines. «Je vois trop souvent des jeunes qui dansent très bien, mais dès qu'ils arrêtent de bouger, ils restent figés. Ils n'ont pas le sens de l'improvisation. Je veux qu'on puisse leur permettre de développer d'autres talents artistiques», a-t-il mentionné.

En ce sens, des ateliers de théâtre, de peinture ainsi qu'une foule d'autres options sont dans les cartons. «Des artistes ont déjà confirmé qu'ils embarquent dans le projet», a affirmé Chan Leboeuf. Ces séances devraient être disponibles dès le début de 2017.

Sports

Bromont offre une foule d'infrastructures sportives. Chan Leboeuf compte miser sur ce créneau pour attirer une nouvelle clientèle. «On a la chance d'avoir un skatepark tout neuf ici. On a aussi des terrains de soccer vraiment bien. Il y a aussi plein d'endroits pour jouer au football. Avec tous les problèmes d'obésité chez les jeunes, il faut les faire bouger.»

Pour ce faire, l'organisme sans but lucratif (OSBL) veut créer des partenariats avec des athlètes locaux que les jeunes connaissent. Chan Leboeuf cite en exemple le Bromontois Maxence Parrot, maintes fois médaillé aux X-Games en planche à neige (Big Air et slopestyle). Le lancement des camps est prévu pour l'été prochain.

À coût modique

On le sait, les «dollars loisirs» sont souvent comptés dans les maisonnées québécoises. Conscient de cette réalité, Chan Leboeuf veut offrir une panoplie d'activités aux jeunes à coût modique. Pour ce faire, il veut miser sur des partenariats avec des commanditaires privés tout en offrant des cartes de membre, plutôt que se fier à l'aide gouvernementale. «Je suis impliqué dans plein d'organismes et je vois la détresse quand les subventions tombent. Je ne veux pas être dépendant financièrement du gouvernement. En fait, je ne dis pas que je ne veux pas d'argent de Québec ou du fédéral, mais il ne faut pas que ça fasse partie de mon budget de base pour garder l'école ouverte», a expliqué le jeune homme, qui a également en tête d'acheter un immeuble d'ici cinq ans pour y établir son centre.

D'ailleurs, pour poursuivre son essor, l'école de danse Équilibre a eu un sérieux coup de pouce de la Ville, avec laquelle elle vient de conclure un partenariat pour sa programmation 2016-2017. Cette entente, entérinée en septembre par voie de résolution, prévoit «l'utilisation gratuite et exclusive» de deux salles, communément appelées des plateaux, à l'aréna.

«Vraiment, je suis très fier d'être installé à Bromont. C'est une ville dynamique. On veut devenir une référence pour les jeunes et je sens qu'on est au bon endroit.»

Jean-François Guillet

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer