L'élixir du chaman

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Dans plusieurs communautés traditionnelles, le chaman combine les fonctions de mage et de guérisseur. Il est considéré comme un interprète de l'au-delà auquel il semble avoir accès à travers rites et transes. Le chamanisme a d'abord été documenté chez divers peuples de Sibérie, de Mandchourie et de Mongolie. Mais le phénomène s'est largement répandu et a migré de ces régions vers la Scandinavie et l'Europe centrale, et jusqu'en Amérique, lors des migrations par le détroit de Béring.

Les rites permettant aux chamans de modifier leur état de conscience reposaient notamment sur la consommation de l'amanite tue-mouches (amanita muscaria), un champignon toxique et fortement hallucinogène. Très répandu, celui-ci affectionne les boisés de pins et de bouleaux et on le trouve aisément au CINLB. À sa taille maximale, il atteint une hauteur de 20 cm et son chapeau horizontal présente un diamètre de même longueur. Il est orange vif et parsemé de petites verrues blanches. Il émerge du sol sous la forme d'un oeuf blanc recouvert d'un voile. Celui-ci, en se déchirant au cours de la croissance lorsque s'ouvre le chapeau, donne les fragments verruqueux qui couvrent le dessus du champignon.

Le caractère toxique de celui-ci est dû à un composant chimique, la muscarine. Il se traduit par d'importants maux de ventre, une hypersalivation, de la difficulté à respirer, des larmoiements, des vomissements et de la diarrhée. L'effet psychotrope repose sur une autre substance, le muscimole. Celui-ci provoque des visions, souvent associées à des personnages extra-terrestres ou de l'au-delà, des impressions de voyage hors du corps et des expériences semblables à celles rapportées dans les cas de mort imminente. Ces phénomènes ont conféré aux pratiques chamaniques leur statut de médiatrices entre le naturel et le surnaturel.

Les ethnologues ont par ailleurs observé un étrange rituel chez les chamans. Après leur ingestion du champignon, ils donnent leur urine à consommer à leurs adeptes. C'est que la muscarine est métabolisée par l'organisme et dépouillée de ses effets désagréables et néfastes, alors que le muscimole ne l'est pas. Ce dernier se retrouve plus pur et plus agissant dans ce qui devient... l'élixir du chaman!

MICHEL AUBÉ,

VICE-PRÉSIDENT DU CINLB ET PROFESSEUR ASSOCIÉE A L'UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer