Rallye Roses des Sables 2016 : Le désert, pour se dépasser

Simone Garo et Chloé Senay Bédard les Gazelles... (Janick Marois)

Agrandir

Simone Garo et Chloé Senay Bédard les Gazelles 2016.

Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Élise Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) Franchir les dunes du désert marocain au volant d'un 4 X 4 en six jours de rallye, c'est le défi que relèveront en octobre Chloé Senay Bédard, de Granby, et Simone Garo, de Saint-Théodore-d'Acton. Les deux amies participeront au 16e Trophée Roses des Sables, une aventure de 6000 kilomètres exclusivement réservée aux femmes. Si elles s'attendent à devoir changer leurs pneus sous un soleil de plomb, Les Guerrières du Temps se promettent surtout une expérience de dépassement de soi... et bien des fous rires.

Le mois d'août sera chargé pour l'équipage # 206. «Formation conduite, formation boussole, formation mécanique», énumère Simone Garo, 30 ans. Et c'est le programme d'une seule journée!

«Après, ça va être de la pratique. L'adrénaline embarque. J'ai hâte d'être sur le terrain», avoue-t-elle.

Comme Simone est copilote, c'est à elle que reviendra la tâche de guider le jeep rose de son équipe à travers le désert. Évidemment, le GPS est interdit, remplacé par la - beaucoup plus rustique - boussole. «Je n'ai jamais utilisé une boussole. C'est un défi! Je me prépare mentalement, j'ai commencé à lire des bouquins», relate-t-elle.

Sa coéquipière Chloé, elle, se trouvera au volant. «Moi, ça fait sept ans que je change mes pneus. Ici, c'est quand même facile. Mais les changer dans le désert quand tu as chaud, quand tu es fatiguée, c'est autre chose!» mentionne la jeune femme originaire de Granby.

Chloé devra aussi apprendre à manoeuvrer le véhicule dans le sable. «Ça se monte pas droit une dune de sable, ça se monte en diagonale», énonce-t-elle. Une journée en particulier mettra les compétences des pilotes à l'épreuve. «Les femmes (qui ont fait le rallye dans les années précédentes) trouvaient dure la traverse de ces dunes-là, elles sont vraiment immenses.»

C'est aux Carrières St-Dominique et au Complexe Mecaglisse, dans les Laurentides, que les deux fonceuses iront tester leurs habiletés au cours des prochaines semaines.

RALLYE

Le Trophée Rose des Sables n'est pas une course de vitesse, mais une épreuve d'orientation. La centaine d'équipages participants - certaines femmes font le rallye en solo - doivent se rendre au point d'arrivée selon un parcours établi en effectuant le moins de kilométrage possible et en respectant les différents contrôles de passage.

Une journée est une étape; les équipages doivent se rendre au campement avant la tombée du jour. «On s'arrête pour la nuit, on plante nos tentes, on fait un feu et le lendemain on repart», explique Chloé.

Pour cette dernière, la plus grande difficulté sera justement d'abandonner le nid douillet de la maison. «Il va falloir que je m'habitue à dormir à l'extérieur, comme ça en communauté, de manger de la bouffe à laquelle je suis pas habituée. C'est pas un hôtel 5 étoiles, c'est dehors!» appréhende-t-elle. Une peau d'animal leur sera même fournie dans le cas où le sac de couchage ne suffirait pas lors des nuits plus froides.

«Moi, j'ai été élevée dans le fin fond d'un bois. Mes parents m'ont toujours appris que tu t'arranges avec ce que t'as», lance pour sa part Simone, née en Suisse.

Ce qu'elle appréhende, c'est sa réaction au moment de traverser les villages. «De voir les enfants, leur condition de vie. Cette partie-là va venir me chercher», assure la mère de famille. Chaque équipage doit transporter 50 kilos de produits d'hygiène et de matériel scolaire à distribuer à l'Association Enfants du désert.

MOTIVATIONS

Amies depuis six ans, toutes deux mamans, Chloé et Simone n'ont jamais baissé les bras devant les obstacles. «On est deux guerrières», affirme Chloé, justifiant leur nom d'équipe.

Pour Simone, le rallye est plus que significatif. «Ça fait des années que je veux faire le Trophée Roses des Sables, mais je n'avais jamais l'autorisation des médecins», témoigne celle qui a vu sa vie basculer en 2004.

Alors qu'elle était âgée de 18 ans, la jeune femme s'est endormie au volant et est entrée en collision avec une autre voiture. Depuis, elle a dû subir 26 opérations de reconstruction du visage, la dernière remontant à avril. «Il y a quelque chose en moi que je n'ai pas encore retrouvé depuis mon accident. Mon feeling me dit que je vais le retrouver là-bas, dans le désert», est-elle convaincue.

«Je sais que ça va être dur. Mais avec mon accident, j'en ai tellement vu! Pelleter du sable, c'est pas la fin du monde», mentionne la survivante. Elle compte même écrire un livre au retour de son aventure marocaine.

Chloé, de son côté, fait le Trophée Roses des Sables pour rebâtir sa confiance en elle. «Pour me dépasser, m'accomplir encore plus, prouver ce que je suis capable de faire en dehors de la routine quotidienne», énonce-t-elle.

Les deux trentenaires se connaissent assez bien pour savoir que leur amitié survivra à l'aventure dans le désert. «Je ne l'aurais fait avec personne d'autre que Simone», reconnaît Chloé. «C'est une fille toujours positive. Elle va toujours trouver des solutions pour s'en sortir!»

Les deux femmes devront veiller l'une sur l'autre, notamment pour ne pas oublier de s'hydrater. La soif peut être un ennemi redoutable dans pareilles conditions de sécheresse, fait remarquer Chloé, qui a pris le temps d'analyser les obstacles rencontrés par les femmes lors des courses précédentes.

Les Guerrières du Temps sont toutes deux déterminées à rendre leur expérience la plus enrichissante possible. «On est un peu compétitives, mais on veut prendre le temps de s'arrêter, rire, prendre des photos. On ne voit pas ça tous les jours, un désert! On a hâte de voir le paysage, c'est tellement une belle force» relève Simone.

Le vent dans les voiles

L'avion décollera le 9 octobre de Montréal, à destination de Bordeaux, en France. Là-bas, Chloé et Simone prendront possession de leur 4 X 4 rose avant d'entreprendre une route de dix heures jusqu'en Espagne où le traversier les mènera jusqu'à Biarritz. Le15 octobre, elles seront prêtes à entreprendre cette grande aventure de six jours dans le désert marocain qu'est le Trophée Roses des Sables.

Fébriles, les deux amies sont déjà fières de ce qu'elles ont accompli depuis leur inscription, en décembre 2015. «Je n'aurais jamais pensé pouvoir faire ça, ramasser autant de commandites! Je me surprends moi-même», reconnaît Chloé.

Cette dernière travaille comme serveuse à la Cage aux sports de Saint-Hyacinthe. En un souper-bénéfice, les deux femmes ont réussi à amasser 10 000$. «Même les organisateurs du Trophée suivent notre blogue. Notre équipe fait parler, même en France!» se félicite-t-elle, en précisant que la majorité des fonds provient de commandites.

L'équipage # 206 s'est fixé un objectif de 30 000$, dont une part est prévue en cas de bris mécaniques en cours de rallye. Les coéquipières ont jusqu'au 1er septembre pour amasser les 6000$ manquants.

«On a perdu beaucoup de dollars canadiens juste en taux de change. C'est ce qui est venu jouer sur notre collecte de fonds», explique Simone. L'inscription à elle seule coûtait 25 000$ canadiens.

SUR LE WEB

Le 16e Trophée Roses des Sables aura lieu du 13 au 23 octobre prochains. Le rallye international sera diffusé en direct à TV5, de même que sur le site Web trophee-roses-des-sables.com

Pour suivre les péripéties de Cloé Senay Bédard et de Simone Garo, visitez la page Facebook Les Guerrières du Temps.

Deux autres femmes de la région prendront part à la compétition. Pour suivre l'équipe composée de Mercedes Glockeisen, de Sutton, et de Nathalie Lafranchise, visitez la page Facebook Les Audacieuses cosmopolites ou leur blogue à lesaudacieusescosmopolites.trophee-roses-des-sables.org

Marie-Élise Faucher

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer