Un petit mammifère au venin de reptile

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Les animaux venimeux se retrouvent surtout chez les amphibiens et les reptiles, notamment chez certains lézards et chez plusieurs serpents. Chez les mammifères par contre, le phénomène est extrêmement rare. On ne connaît qu'un seul exemple en Amérique du Nord: la grande musaraigne, un petit insectivore fort commun au CINLB.

Longue de 7 à 10 cm, celle-ci a un pelage gris anthracite, dense et soyeux. Elle possède une queue mesurant de 2 à 3 cm plus courte que celle de la plupart des souris et autres petits rongeurs de taille comparable. Ses petits yeux ne lui offrent qu'une vision réduite. Elle ne distingue que les contrastes d'ombre et de clarté, tout au plus. Elle est par contre capable d'écholocation, ce qui lui permet de trouver aisément son chemin et d'identifier ses proies. C'est en fait l'un des rares mammifères terrestres dotés de cette capacité.

Hyperactive, la grande musaraigne a un métabolisme près de 200% supérieur aux autres mammifères de même volume vivant sous la même latitude. Ce métabolisme requiert une alimentation soutenue, si bien qu'elle consomme de une à trois fois son poids quotidiennement. Surtout insectivore, elle optimise son activité de chasse en utilisant son venin pour paralyser les proies qu'elle rencontre, sans nécessairement les dévorer sur-le-champ.

En dose importante, ce neurotoxique est suffisamment puissant pour tuer une souris, un chaton ou un lapereau. Les proies ne reçoivent généralement qu'une légère morsure qui les garde vivantes plusieurs jours. Cette stratégie assure une provision fraîche à la grande musaraigne, qui réserve ainsi près de 90% de ses captures. Elle n'en dévore qu'environ 10% sur place.

Au moins deux toxines ont été identifiées dans la salive de cet insectivore: la soricidine et la BLTX. L'étude de la première a permis de découvrir, au début des années 2000, des propriétés intéressantes pour l'éradication des cellules cancéreuses, notamment dans les cancers hormono-dépendants. La compagnie Soricimed Biopharma se spécialise dans la production et l'étude de médicaments tirés de cette toxine. L'un de ceux-ci suscite beaucoup d'espoir. Il s'est d'ailleurs vu octroyer le statut de «médicament orphelin» par la FDA américaine en mars 2016.

Michel Aubé

professeur associé,

Université de Sherbrooke et vice-président du conseil d'administration du CINLB

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer