Un an à parcourir l'Amérique du Nord: le voyage d'une vie

Sylvain Cotnoir et Colette Dorval ont un an... (Photo Janick Marois)

Agrandir

Sylvain Cotnoir et Colette Dorval ont un an de voyage à raconter. Ils reviennent de faire le tour de l'Amérique du Nord à bord de leur caravane à sellette.

Photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Élise Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) Troquer la maison contre une caravane pour partir à l'aventure, le feriez-vous? C'est le pari qu'ont pris Sylvain et Colette, deux passionnés de photographie dans la mi-cinquantaine, qui ont choisi de «profiter de la vie»! Le couple de Granby revient tout juste d'un périple d'un an à travers l'Amérique du Nord.

Bryce Canyon... (Photos fournies par Sylvain Cotnoir et Colette Dorval) - image 1.0

Agrandir

Bryce Canyon

Photos fournies par Sylvain Cotnoir et Colette Dorval

«Comme on dit, on a juste une vie à vivre. Eh bien, nous avons pris la décision de vivre une belle aventure tous les deux. Nous sommes en santé, jeunes (oui, oui!). C'est donc à nous de choisir et de voir comment on veut vivre le reste de notre vie.»

Ces lignes, on peut les lire sur le blogue des amoureux, qui a été suivi par près de 7000 personnes depuis leur départ, en juin 2015. C'est là qu'ils ont comptabilisé toutes les étapes de la planification de leur voyage, du budget à l'itinéraire, en passant par la liste des campings où ils ont séjourné.

«Les gens nous disaient: vous êtes chanceux de partir en voyage. C'est pas de la chance! On l'a planifié», mentionne Colette Dorval. En 2012, elle et son conjoint prenaient la décision de quitter leurs emplois chez IBM à Bromont pour ce qu'ils appelaient une «pause de vie». Pour Sylvain Cotnoir, c'était le début de la retraite, tandis que sa douce prendrait une année sabbatique.

«Mais entre-temps,mon poste a été supprimé, alors je suis en recherche d'emploi», précise la Granbyenne, qui ne regrette pas une seconde son choix d'être partie pour voir du pays.

TROIS ANS DE PLANIFICATION

«On n'avait jamais fait de camping de notre vie!» racontent les Granbyens. Au début, ils pensaient opter pour une formule sac à dos, comme leur fille et son conjoint qu'ils sont allés rejoindre en Thaïlande. Après trois semaines à porter leur «maison», ils ont convenu qu'il serait plutôt préférable pour eux de la «traîner sur roues» pendant un an... La caravane devenait le meilleur moyen pour voir le plus de choses possible en peu de temps, avec le confort du foyer.

Chose dite, chose faite. En 2013, ils achetaient une caravane à sellette ainsi que le camion pour la traîner. En 2014, c'est leur maison qu'ils vendaient. «Notre entourage n'aurait pas été prêt à faire ça. Il nous trouvait braves! Mais le changement ne nous fait pas peur», affirme le couple, complice.

Trois ans de calculs et de recherches plus tard, le jour du grand départ est arrivé. Le 1er juin 2015, Sylvain et Colette quittaient Granby vers leur première destination: l'Ontario. Ils reviendraient en mai 2016 après avoir parcouru 20 provinces ou états, à raison de 4000 à 5000 km par jour.

«On roulait toujours de jour. Aux États-Unis, je ne dépassais jamais la limite, je gardais les deux mains sur le volant», raconte Sylvain, qui ne voulait surtout pas avoir affaire à la police américaine. «On ne courait pas après le trouble!» ajoute Colette, qui a moins apprécié ses nuits dans les stationnements des magasins Walmart. Le couple a dû recourir à cette option à quelques reprises, faute de place dans certains campings.

À la fin de leur voyage, le compteur de la caravane affichait 30 000 km et 68 000$ avaient disparu de leur compte en banque. «On a dépassé notre budget d'environ 10%», explique Sylvain, qui avait pris en considération que le dollar canadien serait plus fort au moment de calculer le taux de change.

Par contre, le prix à la pompe étant moins cher aux États-Unis, ils ont sauvé sur l'essence. «On riait parce que le vin non plus n'était pas cher. On disait, on roule pis on boit!» rigole Colette.

Aucune différence de prix pour le panier d'épicerie, a remarqué le couple, qui cuisinait presque tous ses repas. «On s'est privé sur les restos, mais on ne s'est pas privé sur les attraits touristiques!» justifie la Granbyenne.

Les amoureux recommandent d'ailleurs la ville de San Francisco et son fameux Golden Gate Bridge. Ils ont fait un détour par la Pennsylvanie pour visiter un village Amish et se sont retrouvés par inadvertance à camper au milieu d'une réserve d'Indiens Navajo en plein festival au Nouveau-Mexique...

Tous ces souvenirs sont immortalisés sur photos et classés par ville dans des albums qu'il est possible de consulter sur leur blogue: ontheroadagain2015-2016.blogspot.ca. Sylvain a également réalisé un montage vidéo d'une cinquantaine de minutes qu'il compte bien présenter aux proches et aux nouvelles amitiés créées en cours de route. «Une fois qu'on va être placés avec le condo, y'a des soupers qui vont se faire!» lance-t-il.

Le couple avait effectivement planifié son retour avec l'achat d'un condo. En attendant d'emménager, il continue d'habiter sa caravane, installée au camping Mon repos, à Ange-Gardien. «Ça va devenir un chalet d'été pour la famille!» indique Colette, qui a hâte de cuisiner à nouveau sur un grand comptoir.

Un an en voyage, c'est long. «Je n'aurais pas fait plus», ne cache-t-elle pas. Mais le couple n'exclut pas la possibilité de faire d'autres petits voyages dans l'avenir, même qu'il compte vendre son camion pour s'acheter un motorisé.

Son conseil aux passionnés d'aventure? Ne pas remettre à plus tard ce qu'on peut faire aujourd'hui. «Quand on voit des gens de notre âge qui décèdent et qui n'ont pas le temps de réaliser leurs rêves... Nous on s'est dit, on n'attend pas plus tard, on le fait là» insiste Colette.

Trente-cinq ans d'amour, deux filles, deux petits-enfants et maintenant un an de voyage à raconter, c'est une bonne moyenne au bâton pour le (jeune!) couple. Les années à venir promettent d'être aussi chargées en bons moments et en surprises.

Dans un des nombreux parcs nationaux dans l'Ouest... (Photos fournies par Sylvain Cotnoir et Colette Dorval) - image 2.0

Agrandir

Dans un des nombreux parcs nationaux dans l'Ouest canadien. 

Photos fournies par Sylvain Cotnoir et Colette Dorval

Peu de pépins, plusieurs coups de coeur

Mis à part quelques petits bris mécaniques, la vie a été bonne pour Sylvain Cotnoir et Colette Dorval au cours de leur périple à sillonner l'Amérique du Nord. Après s'être fait voler leur plaque d'immatriculation à Vancouver, ils ont contacté la SAAQ pour s'en faire livrer une nouvelle à leur camping. Deux jours plus tard, ils poursuivaient leur chemin.

«Ça c'était au retour de la croisière en Alaska», se rappelle Colette, que l'expérience a marquée. «Les paysages, les glaciers... D'habitude tu vas dans le Sud en croisière. Être sur le bateau avec ton manteau, ton foulard et tes gants, c'est hors du commun!»

Les passionnés de photographie ont pu pleinement s'adonner à leur loisir dans les parcs nationaux de Banff et de Jasper où les paysages sont à couper le souffle, témoignent-ils. Mais c'est le parc Yellowstone, dans le Wyoming, qui a été leur coup de coeur.

«Quand tu finis de t'installer, que tu prends une petite bière et qu'il y a un bison qui passe à côté, c'est assez impressionnant», évoque la mère de famille.

Deux parcs nationaux qui n'étaient pas prévus à l'horaire (Bryce et Zion, en Utah) sont venus s'ajouter à leur itinéraire, sur les conseils d'autres voyageurs.

«C'était intéressant de voir qu'il y avait autant de personnes qui faisaient le même trip que nous!» dit Colette.

Ils ont notamment rencontré un couple de Belges et leurs jeunes enfants, partis sur la trotte pour quelques mois.

Grands-parents depuis à peine six mois au moment de leur départ, Sylvain et Colette ont reçu la visite de leurs deux filles en cours de périple. L'une est venue les rejoindre en Louisiane, l'autre a choisi la Floride. «La famille et les amis allaient voir notre itinéraire sur notre blogue et choisissaient où ils venaient nous rejoindre», précise Sylvain, qui a conçu l'interface Web.

L'adepte de technologie relève d'ailleurs l'utilité des outils qui les accompagnaient: GPS pour s'orienter, tablette pour lire les nouvelles du Québec et Facetime pour rester en contact avec les proches!

C'est d'ailleurs pour profiter du temps des Fêtes avec la famille que le couple est rentré au bercail à la fin de décembre. L'année 2016 a débuté avec quelques mois de répit sur les plages de la Floride. «Après sept mois de visite intense, parce qu'on partait tôt le matin et on revenait tard le soir, on avait besoin de relaxer», soutient Colette.

Ironiquement, c'est le pays des oranges qui leur a donné leur plus grande frousse, avec ses alertes de tornades. «On était là, entre deux murs, pis on attendait que ça passe», raconte Sylvain, en pointant l'espace étroit menant à leur chambre, dans la caravane. «Ça sonnait sur nos téléphones. Ça nous disait d'aller dans un abri sécuritaire maintenant, mais quand y'est 3h du matin, t'es dans un camping et tout est fermé, tu fais quoi? Disons qu'on avait le coeur qui battait assez vite merci!», poursuit Colette.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer