La SEPHYR s'installe rue St-Joseph

Plus d'espace et une meilleur visibilité au centre-ville... (Photo Julie Catudal)

Agrandir

Plus d'espace et une meilleur visibilité au centre-ville pour les nouveauxlocaux de la SEPHYR.

Photo Julie Catudal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Élise Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) En s'installant dans ses nouveaux locaux du 24 rue St-Joseph à Granby, l'organisme SEPHYR s'offre plus d'espace et une meilleure visibilité au centre-ville, mais surtout la possibilité d'accomplir pleinement sa mission d'aide aux personnes ayant un diagnostic de sclérose en plaques. «C'est le fruit des valeurs que porte en son coeur la SEPHYR», a résumé le président de l'organisme, Luko Boisvert, lors de l'inauguration le 27 mai dernier. Il a profité de l'occasion pour annoncer que la SEPHYR agrandissait son territoire d'activités en y ajoutant l'Estrie.

«Ceux qui lisent ont le privilège de vivre deux fois: d'abord par la lecture, puis par l'expérience». Cette citation de Louise L. Lambrichs s'affiche sur le mur de la boutique des Livres de l'eSPoir, à l'entrée des nouveaux locaux de la SEPHYR. C'est là que les gens viennent s'approvisionner en livres pour moins de 5$, la principale activité de financement de l'organisme. À ce jour, pas moins de 30 000 bouquins ont été vendus, relate Carole Girard, responsable de la librairie. «Avant, c'est une dame de Granby qui gérait ça dans son sous-sol. Elle faisait deux ventes par année. Chaque fois qu'on a déménagé depuis, on a ajouté des bibliothèques!» se réjouit la passionnée de lecture. L'entrepôt, situé à l'arrière des nouveaux locaux, permet à l'organisme de loger les dons littéraires de la population. «Les gens font leur ménage de printemps, ça rentre en quantité industrielle!» note Carole Girard. Une porte de garage facilite même la livraison de cartons remplis de volumes.

Au centre-ville

La SEPHYR a choisi ses nouveaux locaux pour leur proximité avec le cégep de Granby, répondant à un besoin des étudiants en littérature, entre autres. «De l'automne à l'été, ça fonctionne beaucoup parce que les gens partent en voyage», ajoute Carole Girard. Elle n'est pas la seule à se dévouer pour la SEPHYR. En tout, l'organisme compte 37 bénévoles, dont 80% sont atteints de la sclérose en plaques. S'impliquer à la SEPHYR leur permet de «sortir de chez eux et de relever des défis», mentionne la directrice générale, Lucille Dignard.

Don tombé du ciel

Grâce à la générosité d'André Bessette, la SEPHYR a pu bénéficier d'un lègue testamentaire de 75 000$ pour poursuivre ses activités. «En tant qu'organisme, ça nous permet de nous concentrer sur notre mission plutôt que sur notre survie», fait valoir Lucille Dignard, reconnaissante. L'organisme a d'ailleurs nommé sa salle de réunion en l'honneur du bienfaiteur, décédé en 2014. «C'est une salle où on fait du bien», a tenu à préciser Mme Dignard.

Autre pièce importante des nouveaux locaux, la cuisine L'entre-nous. Celle-ci permettra de cuisiner des plats maison pour les membres de la SEPHYR. Entre autres commanditaires, la caisse Desjardins a contribué en fournissant un lave-vaisselle.

Lieu de stage

La SEPHYR devient également un lieu de stage officiel pour les étudiants en Éducation spécialisée. Une première stagiaire participera dès l'automne à l'élaboration des activités et des services offerts par l'organisme.

La mission de la SEPHYR est de favoriser la coopération des personnes atteintes de SEP et de leurs proches, afin d'offrir l'information, le soutien et la coordination avec les professionnels et le milieu, de façon à réduire l'impact de la maladie. Les valeurs qui animent l'organisme sont la solidarité, l'engagement, l'entraide et le partage.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer