Philosopher, à la portée de tous les esprits

« Tout le monde a besoin de trouver... (photo Christophe Boisseau-Dion)

Agrandir

« Tout le monde a besoin de trouver des réponses aux questions de la vie, allègue Francine Beaudoin. La vieille idée que la philosophie c'est poussiéreux, c'est complètement faux. Au contraire, c'est très vivant dans nos vies.»

photo Christophe Boisseau-Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Granby) Qui dit philosophie pense souvent à un vieil homme barbu tout droit sorti de l'Antiquité. Pourtant, certaines questions existentielles auxquelles l'Homme cherche à répondre depuis des millénaires sont toujours d'actualité. Francine Beaudoin a bien l'intention de le prouver en mettant sur pied des Cafés philosophiques chez elle, à Saint-Paul-d'Abbotsford.

Celle qui a longtemps été journaliste avant de devenir thérapeute corporelle songeait depuis longtemps à tenir des rencontres où les participants pourraient réfléchir et échanger sur divers sujets.

«Tout le monde a besoin de trouver des réponses aux questions de la vie, allègueMme Beaudoin. La vieille idée que la philosophie c'est poussiéreux, c'est complètement faux. Au contraire, c'est très vivant dans nos vies. On philosophe tous les jours, parfois sans même s'en rendre compte. Par exemple, l'enfant qui demande à sa mère où il était avant de naître, ou encore où est rendue sa grand-mère qui vient de mourir, ce sont de grandes questions.»

Avant de concrétiser son projet, la femme accordait déjà beaucoup d'importance à la réflexion et au fait de se recentrer sur soi. «Pour moi, la méditation et la philosophie, ça répond à ce que j'essaie de faire dans la vie de tous les jours. Ça permet de se poser un instant, de se sortir du tourbillon, explique-t-elle. On est beaucoup dans le divertissement et dans la performance au travail, mais on prend peu le temps de s'arrêter.»

 «Je me suis construit un lieu pour donner cours à ma méditation, poursuit-elle. J'appelle ça mon dojo philosophique, un endroit de recherche sur soi.»

L'endroit pouvant accueillir une vingtaine de personnes, elle a rapidement réalisé qu'elle pourrait y tenir les rencontres mensuelles dont elle rêvait depuis longtemps. Un concept beaucoup plus répandu en Europe.

Une artiste en résidence au3e Impérial, Sylvie Cotton, prendra aussi part au projet. Lors de la première rencontre, elle expliquera aux participants sa démarche artistique.

Le professeur de philosophie au Cégep de Granby, Rémi Robert, sera aussi sur place pour lancer la discussion et peut-être partager certaines bases de la philosophie.

S'ouvrir l'Esprit

La seule condition pour prendre part aux rencontres est d'arriver avec l'esprit le plus ouvert possible, prévient l'animatrice, qui déplore l'absence de débats philosophiques sur la place publique. «Il ne faut pas se présenter en ayant l'idée de simplement défendre son point de vue, dit-elle. Rejeter une opinion, ce n'est pas rejeter l'Autre, si c'est fait dans le respect. Avec un langage courtois et plus réfléchi, un débat peut nous amener plus loin. La pensée unique, c'est plate.»

«Ces rencontres-là, c'est pour arriver à comprendre ce qu'on pense de quelque chose, pour écouter l'opinion de l'Autre, pour avoir un débat pour savoir ce que tu as comme valeurs», ajoute la thérapeute.

Elle espère que grâce à ses cafés philosophiques, les participants réaliseront qu'ils disposent déjà en eux de tous les outils nécessaires à une réflexion songée. «Les gens perdent la notion de réfléchir. On pense beaucoup à ce qu'on nous dit de penser, comme société», juge Mme Beaudoin.

L'éthique, les relations interpersonnelles, le regard sur la vie, la tolérance et la simplicité volontaire pourraient être abordés dans de futures rencontres. Parfois, c'est l'actualité qui dictera le thème de l'échange. «Avec les immigrants syriens, l'accueil de l'Autre est un sujet très pertinent. L'aide médicale à mourir est aussi un sujet plus chaud, et qui me passionne particulièrement», indique celle qui est également bénévole à la Maison Au Diapason.

Avec le temps, les rencontres permettront de pousser la réflexion. Des lectures en lien avec les sujets discutés pourraient être suggérées.

Le premier Café philosophique aura lieu le vendredi27 mai prochain, de 19h à 21h. Il faut réserver sa place en téléphonant à Mme Beaudoin au450-379-5808. Une contribution de 5$ est suggérée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer