Forum sur l'attachement parent-enfant: tous réunis pour le bien-être des petits

Ici et plus haut, des affiches lancées lors... (Affiches fournies par Sarah Leclerc-Gendron)

Agrandir

Ici et plus haut, des affiches lancées lors du Forum sur l'attachement parent-enfant.

Affiches fournies par Sarah Leclerc-Gendron

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Gaboriault
La Voix de l'Est

(Granby) Dans quelques semaines, les intervenants liés à la petite enfance de la région de Brome-Missisquoi qui participaient au Forum sur l'attachement parent-enfant tenu jeudi dernier à Cowansville, recevront une carte postale qu'ils se sont adressée à eux-mêmes. Un simple rappel de leur engagement à transférer dans leur pratique des notions apprises ce jour-là pour mieux aider les parents à répondre aux besoins de base de leurs enfants.

Organisé par le Comité d'action local de Brome-Missisquoi, le Forum sur l'attachement parent-enfant se voulait un moment de réflexion et de partage pour tous les acteurs qui travaillent auprès de petits de 0 à 5 ans. Par des témoignages (voir autre texte), diverses présentations, un panel composé de professionnels et le partage de bons coups et de stratégies gagnantes, tous se sont concentrés à identifier des façons de soutenir les parents dans leur rôle. Leur but ultime est toujours d'accompagner les parents en vue de favoriser le développement affectif des tout-petits.

«Ça a été une super journée! , a lancé Sarah Leclerc-Gendron, coordonnatrice du Comité d'Action local de Brome-Missisquoi. Nous avons vraiment vulgarisé l'attachement.»

Ce que les gens oublient souvent, fait remarquer Mme Leclerc-Gendron, c'est de se concentrer sur l'essentiel. «On projette beaucoup sur eux (notre vision d'adulte sur les enfants), regrette-t-elle. Mais dans le fond, il faut retenir que les enfants, ce dont ils ont besoin, c'est la base: la sécurité, se nourrir, dormir, de la stabilité, être aimés, avoir de l'attention, du respect, de l'attachement, etc.»

Sensibilisation

Afin de sensibiliser la population à l'importance de répondre aux besoins de base des enfants, les partenaires réunis ce jour-là en ont profité pour dévoiler des affiches produites par le Comité d'action local de Brome-Missisquoi. La première de toute une série de mesures visant à permettre aux adultes de mieux décoder les besoins exprimés par leurs petits.

Le Forum sur l'attachement parent-enfant était animé par Jean-Pierre Gagnier, professeur en psychologie de l'Université du Québec à Trois-Rivières.

Sarah Leclerc-Gendron, coordonnatrice du Comité d'action local de... (Photo Alain Dion) - image 2.0

Agrandir

Sarah Leclerc-Gendron, coordonnatrice du Comité d'action local de Brome-Missisquoi, et Yolande Racine, membre du comité organisateur du Forum sur l'attachement parent-enfant et chef de service enfance au Centre Jeunessse de la Montérégie de Cowansville 

Photo Alain Dion

L'histoire de Yolande

Membre du comité organisateur du Forum sur l'attachement parent-enfant, le Comité d'action local de Brome-Missisquoi, et chef de service enfance au Centre Jeunessse de la Montérégie de Cowansville, Yolande Racine souhaitait profiter de l'occasion jeudi dernier pour déprofessionnaliser, l'espace d'un instant, le concept d'attachement. Pour ce faire, elle a raconté «sa trajectoire». L'histoire d'une femme adoptée à l'âge de 30 ans.

«Car ce n'est pas un psychologue qui va aider un enfant à se développer, mais bien son rapport quotidien avec un adulte», insiste Mme Racine.

Yolande est la plus jeune d'une famille de six enfants. Comme sa mère a quitté le nid familial alors que la petite n'avait que six mois, Yolande a été «élevée» par sa grande soeur, Dominique, jusqu'à l'âge de deux ans et demi. «Dans le fond, mon tuteur à l'époque, c'était un enfant d'environ10 ans, raconte-t-elle. C'est elle qui répondait à mes besoins. Elle a été ma mère.»

Incapable de s'occuper de ses cinq filles et de son garçon, le père biologique de Yolande a dû se résoudre à demander de l'aide. Très vite, la petite a été prise sous l'aile d'un couple au grand coeur, Léonce et Diane (Larochelle) Deschênes.

«Ce sont mes parents, dit celle qui est aujourd'hui mère d'une adolescente. Ils ont toujours respecté mes origines, d'où je venais et qui j'étais. Chez nous, la maison était toujours ouverte pour mes soeurs et mon frère. Ils ont toujours été les bienvenus.»

«J'ai eu accès à des gens qui ont bien pris soin de moi, poursuit-elle. Mais certains parents ne sont pas capables de donner le relais à leurs enfants biologiques. Mes parents biologiques ont une histoire triste, mais pas moi. J'ai été chanceuse.»

La preuve, après 28 ans à partager la vie des Deschênes, Yolande Racine a eu toute une surprise en découvrant dans un cadeau de Noël, il y a quelques années, une proposition à souder officiellement le lien qui les unissait tous: une demande d'adoption. Elle avait 30 ans.

«Dans un cadre, ils avaient écrit 'Quoi de plus merveilleux que de recevoir une famille en cadeau', se remémore-t-elle avec émotion. Ils avaient d'abord demandé à ma grande soeur. C'était très émouvant.»

Mise en commun

Il y a deux ans, le Comité d'action local de Brome-Missisquoi, qui veille à favoriser le développement des enfants de 0 à 5 ans, a commencé à se pencher sur le concept d'attachement. «C'était la zone de travail la plus importante, car si l'attachement est ok, l'enfant devient un adulte compétent», insiste Mme Racine.

Du coup, le fait de s'attarder sur la notion d'attachement se voulait une voie pour préparer les petits en vue d'une bonne rentrée scolaire.

«Cette année, c'est la continuité, explique Yolande Racine. On voyait comment les acteurs du milieu (ceux qui travaillent auprès de petits et de leurs parents) interviennent pour favoriser l'attachement dans chaque milieu de vie.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer