Tout ramène à la couleur

Christiane Fortin est artiste peintre et elle confectionne... (Photos Catherine Trudeau)

Agrandir

Christiane Fortin est artiste peintre et elle confectionne des savons. Une deuxième carrière qui s'est ouverte à elle après avoir été camionneuse.

Photos Catherine Trudeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) La couleur est certainement ce qui prend le plus de place dans la vie de Christiane Fortin. Tous ses médiums de création la mènent vers le rouge, le bleu, le rose, le orange... Pas question pour l'artiste de réaliser des savons ternes en très grande quantité. Même chose lorsqu'il s'agit de travailler l'aquarelle et le textile. Elle se laisse tout simplement porter par ce que lui inspire la couleur.

Les savons de Christiane Fortin ressemblent à de... (photo Catherine Trudeau) - image 1.0

Agrandir

Les savons de Christiane Fortin ressemblent à de petits gâteaux ou a des cupcakes à s'y méprendre.

photo Catherine Trudeau

Dès qu'on met le pied dans l'atelier-boutique de Christiane Fortin située dans un des nombreux lofts de l'Impérial à Granby, on est à même de constater la présence de la couleur dans sa vie. Des toiles aux murs, des vêtements et des foulards sur des cintres et des savons appétissants, le lieu en offre beaucoup pour les yeux.

«Je fais de l'aquarelle et je donne des cours d'aquarelle, dit-elle. Pour moi-même, je fais de l'acrylique. Ma savonnerie prend beaucoup de mon temps et il y a le textile. Je sais que ça a l'air beaucoup, mais peu importe le médium, tout ramène à la couleur.»

Lors de la visite de l'hebdo Le Plus, un grand voile était étendu sur le plan de travail. Dessus reposaient des spirales de laine provenant de moutons mérinos. Elles deviendront du feutre. Tranquillement, avec patience et minutie, Mme Fortin étend la laine sur le voile et forme le style désiré.

«Quand on a fini, on plonge la laine dans l'eau froide pour la saisir et après le choc nerveux il faut l'ébouillanter, raconte-t-elle. Puis, je mets un voilage par-dessus. Je mets de l'eau et du savon à la grandeur. Je prends une 'nouille' de piscine et je roule tout ça. C'est très physique. À un moment donné, la laine prend ensemble. C'est ça qui fait le feutre.»

Ses foulards en feutre prennent des heures à créer et sont tous uniques.

Savons desserts

La même minutie s'applique à la confection de savons. N'ayant pas accès à l'eau courante dans son local, le travail deMme Fortin est plus long. Il lui faut deux à trois heures pour faire un savon et celui-ci prend environ30 jours à sécher. Certains d'entre eux ressemblent à s'y méprendre à des cupcakes. Quelques-uns prennent des allures de bonbons en sucre que les mamans utilisent pour décorer le gâteau de fête de leur enfant. Christiane Fortin raconte que, durant un marché de Noël, une dame avait acheté tout un gâteau forêt noire en savon pour l'offrir à ses invités. La cliente avait placé les quartiers dans des assiettes à dessert pour créer l'illusion.

Un parcours hors-norme

Camionneuse, Mme Fortin a pris une année sabbatique pour se consacrer à son art. Celle-ci s'est terminée au début du mois d'avril. Mme Fortin a décidé de ne pas reprendre la route.

Son parcours professionnel est plutôt long et quelque peu disparate. Entrée dans l'armée à17 ans, elle a pris sa retraite militaire 15 ans plus tard. Elle y occupait un métier très manuel. Elle a également étudié en design intérieur, ce qui lui a permis de développer son amour des couleurs.

«Je me suis séparée et on a vendu notre fermette, raconte l'artiste. Ça faisait presque dix ans que j'étais travailleuse autonome, avec le design intérieur et la savonnerie, mais ça ne rapportait pas assez de revenus pour subvenir aux besoins de la ferme.»

La dame s'est retroussé les manches et elle est devenue camionneuse. Un boulot qu'elle a pratiqué pendant cinq ans. «J'avais un atelier dans le camion, dit-elle. J'avais une boîte avec des affaires. Quand je m'arrêtais le soir, il fallait que je fasse de quelque chose!»

Qui dit petits espaces, dit production de plus petite taille. «Il faut réussir à se distinguer», insiste-t-elle, en soulignant que la personnalité de chaque artiste y est également pour beaucoup.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer