Pagayer pour faire un pied de nez au cancer

La Bromontoise Caroline Couture s'apprête à faire le... (Photo Janick Marois)

Agrandir

La Bromontoise Caroline Couture s'apprête à faire le tour de l'île de Montréal en kayak. Un périple de 110 kilomètres au profit de la Fondation Charles-Bruneau.

Photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Bromont) Boucler le tour de l'île de Montréal en kayak en quatre jours. Un périple de 110 kilomètres. C'est le défi que relèvera la Bromontoise Caroline Couture du 15 au 18 septembre, dans le cadre du troisième Circuit bleu Charles-Bruneau pour les enfants atteints de cancer. Une incontournable aventure pour celle qui a fait face à deux reprises à cette sournoise maladie.

Caroline Couture a découvert le kayak il y a six ans. Pagayer lui permet de jumeler à la fois son désir de se dépasser et de déconnecter. «J'aime l'adrénaline que le kayak me procure. C'est très physique. D'un autre côté, ça m'amène beaucoup de zénitude, dit-elle en esquissant un large sourire. Ça me berce. Ça me branche parce que je constate que je suis bien vivante.»

Son existence a par ailleurs été fortement ébranlée en encaissant, deux fois plutôt qu'une, le diagnostic coup-de-poing du cancer. Le premier épisode noir s'est pointé au tournant de l'an 2000. La maladie de Hodgkin tentait alors de s'enraciner en elle, faisant basculer sa vie. «À ce moment, je venais d'arriver à Bromont, seule avec mon enfant de quatre ans, se remémore la coordonnatrice en loisirs pour la Ville. Quand le médecin m'a appris que j'avais le cancer, j'étais sidérée. En fait, j'ai figé. C'est une fois dans mon auto que j'ai flanché. Mais il n'était pas question de baisser les bras.» Après un long combat, Caroline Couture a eu le dessus.

Un cancer est à nouveau venu la bousculer en 2014. Malgré cette «claque au visage», elle a gardé le cap. «Après avoir vaincu mon premier cancer, je me disais que ça ne pouvait pas m'arriver deux fois. Je m'étais trompée!, lance-t-elle. Physiquement et moralement, ça a été vraiment tough. J'ai amorcé une grande réflexion sur mes buts dans la vie. J'ai décidé de savourer chaque instant.»

Cette épreuve n'a fait qu'accentuer sa passion pour le kayak.

Dimensions

Au fil des ans, Caroline s'est impliquée dans plusieurs causes liées au cancer. Le Relais pour la vie et une marche à Compostelle, entre autres. Dès que l'occasion de jumeler son amour du kayak à un «défi qui fait la différence dans la vie des gens» s'est présenté, elle a plongé sans hésiter. «Quand le chef guide Marco-Hébert m'a parlé du Circuit bleu, je n'ai pas réfléchi. Je suis une fille qui carbure aux défis. Pour moi, c'est comme une carotte au bout du chemin, image-t-elle. J'ai un but et je vais l'atteindre.»

Le départ du périple sur le fleuve aura lieu le 15 septembre près du canal Lachine. Les participants devront boucler 24 kilomètres en huit heures. Des circuits de 40 km, 30 km et 16 km suivront dans l'ordre pour rallier l'arrivée, au quai de l'horloge dans le Vieux-Port de Montréal.

Mis à part l'entraînement intensif avant le jour J, la jeune excursionniste doit recueillir 5000$ d'ici la fin juin. Les profits de la collecte de fonds iront à la Fondation Charles-Bruneau. À ce jour, la Bromontoise a amassé 2125$. «Je me suis embarquée dans un défi un peu fou, concède la kayakiste. Mais je suis vraiment motivée. Je me fais plaisir en faisant la différence dans la vie des enfants malades. En même temps, ça me permet de faire un pied de nez au cancer.»

Pour de plus amples renseignements au sujet du Circuit bleu Charles-Bruneau ou pour soutenir Caroline Couture, consultez le circuitbleu.charlesbruneau.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer