Une pétition contre le projet de loi 70

Le GASP de la Haute-Yamaska, dont Nicolas Luppens... (Photo Janick Marois)

Agrandir

Le GASP de la Haute-Yamaska, dont Nicolas Luppens est le coordonnateur, a lancé une pétition demandant le retrait du projet de loi 70 sur l'aide sociale.

Photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Gaboriault
La Voix de l'Est

(Granby) Le Groupe actions solutions pauvreté (GASP) juge que le projet de loi 70, qui vise à favoriser l'intégration à l'emploi pour les premiers demandeurs d'aide sociale, risque de pénaliser lourdement les personnes qui refusent de participer au programme Objectif emploi. Pour signaler son mécontentement, l'organisme vient de lancer une pétition sur le site de l'Assemblée nationale. Il demande le retrait du projet de loi.

«Il y a déjà des programmes existants pour la réintégration à l'emploi. Ce qui est nouveau, c'est l'aspect de pénalités, critique Nicolas Luppens, coordonnateur du GASP. Le montant des pénalités sur le chèque d'aide sociale va être décidé dans un règlement et non dans la loi.» Ce règlement, dit-il, pourra être modifié au gré du ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais. Il pourra aussi retoucher la définition précise d'emploi convenable.

Le programme proposé dans le projet de loi obligerait tous premiers demandeurs d'aide sociale aptes à l'emploi à accepter un travail convenable. Or, rien ne précise la distance entre la maison et le travail, s'il faut accepter un emploi offrant un plus bas salaire ou qui ne correspond pas aux compétences et au parcours de la personne, regrette M. Luppens. Cette définition inquiète les organismes communautaires de la région qui oeuvrent auprès des plus démunis.

Le coordonnateur du GASP expose que plusieurs personnes sont jugées aptes à l'emploi alors qu'elles ne le sont pas pour diverses raisons, comme une personne analphabète qui en garde le secret ou une autre victime d'une maladie mentale non reconnue.

Condamnés à l'itinérance?

Si les premiers demandeurs d'aide sociale refusent, ils s'exposent à une pénalité sur leur chèque mensuel qui irait de 10 à 50%. «Sur un chèque de 623$ par mois, 10%, c'est trop», martèle Nicolas Luppens.

«Ça veut dire quoi? Ça veut dire qu'on les envoie à la rue si le chèque est coupé de moitié, argue Roger Lafrance, coordonnateur du bureau de Granby de l'ACEF Montérégie-Est et président du GASP. Ça signifie qu'il y aura une hausse de l'itinérance, une hausse de la criminalité et que les urgences des hôpitaux seront surchargées.»

On pourrait assister à une médicalisation des problèmes sociaux, avec des gens qui demanderaient un papier du médecin pour prouver leur inaptitude au travail, alors que le système de santé est déjà engorgé, ajoute Nancy Melanson, conseillère au Collectif de défense des droits de la Montérégie. Le projet de loi viserait, ultimement à lutter contre la fraude faite à l'aide sociale, lorsque des assistés sociaux travaillent au noir. Selon M. Luppens, seulement 1 à1,5% des bénéficiaires de l'aide sociale sont des fraudeurs. «C'est quand même aberrant qu'on s'attaque aux plus démunis alors que les grandes compagnies, qui font de l'évasion fiscale, à elles, on leur dit que c'est correct», déplore le coordonnateur.

Plusieurs actions ont été portées lundi sur la scène nationale pour s'opposer au projet de loi 70. Devant le constat face à l'absence de pétition dans le mouvement à travers le Québec contre ce projet de loi, le GASP a pris l'initiative d'en déposer une sur le site de l'Assemblée nationale du Québec. Un geste appuyé par le député François Bonnardel. S'il s'agit d'une action locale,M. Luppens souhaite qu'elle soit signée dans les quatre coins de la province et qu'elle soit reprise et déposée à plusieurs fois à Québec par d'autres organismes.

La pétition se termine le 20 mai. Visitez le site Internet du GASP Haute-Yamaska pour trouver le lien qui vous y mène.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer