Les dames de lettres Stimuler l'écriture... Une tasse de thé à la fois

En plus de travailler sur la production d'un... (photo Alain Dion)

Agrandir

En plus de travailler sur la production d'un livre qui permettra aux gens de léguer une partie de leur vie aux êtres chers, Anne Deslauriers et Annie Blouin organisent un atelier littéraire pour donner le goût des mots aux participants.

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Gaboriault
La Voix de l'Est

(Granby) Pour financer la production d'un livre à mi-chemin entre le journal intime et le carnet créatif dont le lancement est prévu cet automne, deux auteures jeunesse de la région organisent un atelier littéraire. Annie Blouin et Anne Deslauriers sont Les dames de lettres. Le dimanche 13 mars, elles invitent les gens à prendre le thé au pied du mont Yamaska pour expérimenter le côté magique des mots.

Stimuler l'écriture et faire ressortir l'humain qui se trouve au bout du crayon ou du stylo, c'est le but visé par Les dames de lettres. «Nous ne cherchons pas à former des auteurs», insiste Annie Blouin, auteure de la série Les enquêtes de Catou. C'est également à elle et à sa famille que les gens doivent les histoires qui donnent vie à la Marche de Noël organisée en décembre depuis plusieurs années au Centre d'interprétation de la nature du lac Boivin.

«Plusieurs pensent qu'un atelier d'écriture est exclusivement réservé aux gens de lettres, mais non! , insiste la mère de quatre enfants. Nous ne sommes pas là pour critiquer ou corriger les participants. Nous souhaitons stimuler l'écriture par le partage. C'est une initiation.»

«Les gens n'osent pas écrire, car ils ont peur du jugement», fait remarquer pour sa part Anne Deslauriers, qui a écrit de nombreux livres jeunesse pour les enfants de 6 à 8 ans et de 9 à 11 ans.

«Pourtant, plusieurs personnes rencontrées dans ces ateliers disent, agréablement surpris, qu'ils ne pensaient jamais pouvoir écrire autant.» Souvent, l'exercice à la base intimidant devient, au contraire, fort inspirant.

Dans le but de créer une ambiance décontractée lors de l'atelier, Les dames de lettres accueilleront les participants vêtues de robes d'époque. «Le thé sert à communiquer, souligne Annie. Avec les enfants, nous faisons souvent des salons de thé maison. Le thé a un symbole rassembleur. Ce sera donc un salon de thé littéraire!»

Formée en théâtre, Annie souhaitait donner une couleur et une saveur à l'atelier. «Je voulais rendre ça vivant, dit-elle. Coloré, animé. C'est pourquoi j'ai proposé d'y ajouter un côté théâtral. C'est intéressant quand c'est dynamique, un atelier d'écriture.»

Outil de communication

Ce dynamisme, ce côté chaleureux et humain, les deux auteures travaillent activement à ce qu'il se dégage de leur «livre à bâtir chez soi» sur lequel elles planchent depuis bientôt un an. Combinant les caractéristiques du journal intime et du carnet créatif, ce guide pas à pas, se veut un outil de communication. «C'est pour ceux et celles qui désirent offrir un morceau de leur vie aux êtres qui leur sont chers», explique Annie. Abordant différents thèmes, Mémo pour toi permettra aux gens de se dévoiler sur leurs émotions, souvenirs et désirs présents, passés et futurs. Des exercices littéraires leur donneront la chance de retracer des pans de leur vie et de livrer secrets de famille et anecdotes. Un livre à l'image de ceux que remplissent les nouvelles mamans à l'arrivée de leur poupon. «Il est parfois difficile de se confier, alors on donne de petites consignes», souligne Annie.

«On leur donne la main», ajoute Anne.

«Être encadrés permet plus facilement aux gens de dire ce qu'ils ont à dire, fait remarquer pour sa part Patrice Auger, le conjoint d'Annie. Plusieurs ont des choses à dire. Ils veulent partager leur histoire. Ce livre va aider ceux qui ont peut-être du mal à s'exprimer.»

Professeur en animation 3D à l'Institut Desgraff, Patrice donne un coup de main aux Dames de lettres. Entre autres, il supervise sa grande fille, Mauï, 17 ans, qui étudie en Art et lettres au Cégep de Granby. C'est à elle que Les dames de lettres ont pensé pour pondre leur logo et représenter sous forme de dessins les nombreux thèmes abordés dans leur livre. «Nous voulions donner à Mauï l'opportunité de faire ses premiers pas dans cet univers», rapporte Annie, non sans fierté.

«J'ai ainsi la chance de dessiner en dehors de ma chambre et de mon atelier! , lance la jeune fille en riant. Le défi est de faire des dessins que les gens peuvent colorier, mais qu'ils peuvent aussi laisser blancs.»

«Ce n'est pas un outil thérapeutique, mais ça peut servir», soutient Annie.

D'ici le lancement, Les dames de lettres invitent les gens à participer à leurs ateliers d'écriture. Elles briseront la glace le 13 mars, de 13h à 15h30, à la salle des Loisirs de Saint-Paul-d'Abbotsford située au 35, rue Codaire. C'est 25$ et chaque participant doit avoir avec lui des crayons et des feuilles blanches. Tous les gens de Saint-Paul profiteront d'un rabais de 50% sur leur inscription. On s'inscrit auprès d'Anne Deslauriers au annedeslauriers@videotron.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer