Maison soutien aux aidants: au bal masqué pour la bonne cause

France Choinière, présidente d'honneur - un mandat qu'elle... (photo Janick Marois)

Agrandir

France Choinière, présidente d'honneur - un mandat qu'elle a accepté par «un élan du coeur» - et Gabrielle Champagne, directrice de la Maison soutien aux Aidants.

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Granby) Le quatrième Bal Masqué de la Maison soutien aux Aidants aura lieu le samedi 7 mai prochain à La Grillade. On espère ainsi amasser les 30 000$ qui serviront à la mission de l'organisme, soit de prévenir l'épuisement des proches aidants en leur offrant du répit.

Les trois premières moutures de l'événement ont permis d'amasser près de 55 000$. Avec les besoins grandissants et l'accès aux soins qui diminue, la directrice de l'organisme estime que ces sommes sont de plus en plus nécessaires pour faciliter l'accès à ses services et à maintenir d'autres qui ne pourraient être offerts autrement.

«Avec le remaniement du réseau de la santé, on va tous avoir à occuper ce rôle-là auprès de quelqu'un qu'on aime», a affirmé Gabrielle Champagne, rappelant qu'environ 10% de la population québécoise est proche aidante.

Certains le sont même sans le savoir, a rappelé France Choinière, copropriétaire de Carstar Arsenault - Carosserie et vitres d'auto. Celle-ci s'est dite enthousiasmée par la présidence d'honneur - un mandat qu'elle a accepté par «un élan du coeur» - mais s'est aussi montrée très émue.

Et pour cause. La présidente d'honneur est depuis tout récemment confrontée à la situation, deux femmes de qui elle est très proches étant devenues des proches aidantes. «Ma meilleure amie et ma belle-soeur sont touchées, a-t-elle confié après la conférence de presse. Je sens l'épuisement les gagner et je voudrais tellement les aider.»

Cet épuisement est insidieux, a soutenu Mme Choinière dans son discours. «C'est un fardeau autant physique que moral et son impact est véritablement tangible, a-t-elle ajouté. Les aidants se sentent coupables de bien des choses, même d'être en santé. Je veux sensibiliser bon nombre de gens à cette réalité-là. On ne réalise pas vraiment ce que ça implique, comment ça se traduit dans le quotidien, tant qu'on n'y est pas confrontés.»

Plein la vue

Un souper gastronomique suivra le coquetel d'accueil, où seront servis mousseux et bouchées le 7 mai.

Plusieurs prestations promettent également d'en mettre plein la vue aux convives: une ambiance musicale signée Vanessa Borduas et son groupe Purple, des numéros de danse concoctés par l'École de danse Hélène Gagné et un tour de haute voltige signé par l'aérialiste Monik Ménard. Une séance de photographie avec Julie Robillard est aussi prévue pour les invités.

Les billets sont en vente au coût de 125$ l'unité, avec reçu d'impôt. Il est aussi possible de réserver une table de huit places pour 1000$.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer