Yoga fitness aérien: se mettre en forme entre ciel et terre

Suspendues à des hamacs capables de soutenir 2000... (photo Christophe Boisseau-Dion)

Agrandir

Suspendues à des hamacs capables de soutenir 2000 livres, les femmes adoptent des postures de yoga pour développer souplesse, endurance et estime de soi.

photo Christophe Boisseau-Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Gaboriault
La Voix de l'Est

(Granby) À 35 ans, Monik Ménard découvrait le rock'n'roll acrobatique avec son conjoint. À 39 ans, elle expérimentait le trapèze volant. À 41, c'était le tissu aérien et peu de temps après, elle se lançait dans le yoga fitness aérien. Aux femmes qui disent avoir la quarantaine flasque et inactive, elle a trois mots à leur dire: «Tout est possible!»

Avoir 40 ans apporte souvent diverses remises en question. «Il se passe quelque chose, insiste Monik, mère de trois grandes ados. Moi, je me suis demandé si physiquement j'étais encore capable de faire quelque chose. Je voulais voir à quel point mon corps pouvait en prendre et, en même temps, je souhaitais prouver aux femmes qu'en vieillissant, oui, on peut encore.»

Monik a toujours aimé les trucs qui lui procuraient une poussée d'adrénaline. Dans sa jeunesse, elle conduisait une moto de course. Après, elle a suivi toutes les modes: zumba, crossfit, hip hop, etc. «Souvent, ce n'était pas assez pour moi», dit-elle.

Une rencontre avec Vitor Santos, un acrobate qui travaille actuellement à Las Vegas sur Kà, une des nombreuses productions du Cirque du Soleil, lui a fait découvrir LA discipline faite sur mesure pour elle.

Quand le Brésilien s'est installé à Montréal avec sa fiancée, Monik a eu la chance de s'entraîner en leur compagnie. «J'ai adoré, lance-t-elle. Vitor est très technique. C'est l'homme qui a changé ma vie! Il m'a montré les bases du tissu aérien et il m'a poussée. Je ne pouvais pas trouver un meilleur coach.»

À l'époque, Monik, alors maman à la maison pour prendre soin de ses trois filles, passait trois heures par jour dans la «balançoire» extérieure de 25 pieds bâtie pour elle par son conjoint. Et ce, sept jours sur sept!

«J'aimais tellement ça!», avoue-t-elle. J'avais besoin de ça. Je suis vraiment partie de zéro. J'étais zéro flexible. J'étais forte parce que je m'entraînais, mais j'ai pris le temps d'apprendre.»

Formée en tissu aérien, en art du cirque et en yoga, c'est en souhaitant pouvoir faire profiter des bienfaits de toutes ces disciplines que Monik s'est finalement tournée vers le yoga fitness aérien. Un jeune sport lancé en 1991 par Christopher Harrison, un chorégraphe qui a lancé la compagnie AntiGravity. Toutefois, Monik s'est retrouvée davantage dans l'approche d'une autre adepte de yoga aérien, Rebekah Leach. «En fait, c'est tellement nouveau comme discipline, que l'approche dépend du background de chacun, explique Monik. Elle, elle a fait du tissu aérien, du cerceau, etc. Ça me rejoignait plus.»

Aussi, passer du tissu au hamac aérien lui a permis de rejoindre plus de femmes. «Le tissu c'est difficile, dit-elle. Les femmes n'avaient pas beaucoup de force, alors elles se décourageaient. Moi, je voulais qu'elles puissent s'entraîner et s'amuser.»

Ça, et le développement de l'estime de soi, c'est ce que Monik vise dans le Loft 102 de l'Impérial où s'allongent six hamacs mauves. «Ici, je ne veux pas entendre parler de perte de poids ou de régime, tranche-t-elle. Je veux que les femmes prennent du temps pour elles. Qu'elles se remettent en forme.»

Le tout par des postures de yoga et les respirations qui s'y rattachent, faites dans un hamac capable de supporter 2000 livres. «Inutile d'avoir peur!», insiste l'acrobate.

Une autre fausse croyance que Monik souhaite défaire: inutile d'arriver au yoga fitness aérien en pleine forme. «Les femmes n'ont besoin d'aucun prérequis, dit-elle. Ne soyez pas inquiètes, le yoga fitness aérien va vous mettre en forme! On y a à notre rythme.»

Facebook: loft 102

Retrouvez plus de détails dans notre copie papier.

Abonnez-vous gratuitement au : http://ofsys.com/T/OFC4/CP/1075/ZXnv5XjM/OF/Inscription.ofsys

À 35 ans, Monik Ménard découvrait le... (photo Christophe Boisseau-Dion) - image 2.0

Agrandir

photo Christophe Boisseau-Dion

En dehors du loft

En plus du yoga fitness aérien, Monik Ménard profite des installations de son Loft 102 pour offrir des cours aux enfants. Aux jeunes filles de 5 à 11 ans, elle propose le Fun Fly Kids, qui se concentre sur l'apprentissage des techniques de base en cirque. Aussi, l'acrobate offre la possibilité aux petits de jouer dans les hamacs, sous sa supervision, lors de fêtes d'enfants. Aux ados intéressées, il reste une place dans sa plage horaire pour ouvrir un cours. Sa passion, Monik l'exprime également en dehors de son local. Avec sa collègue et amie Valérie David, elle forme le duo Silky Steel. Ensemble, elles présentent un spectacle sur des cerceaux et des tissus aériens pour des entreprises ou événements divers. «J'ai la chance de suivre des cours privés aux deux semaines en compagnie d'une femme qui a fait l'École nationale de cirque, dévoile Monik. Je suis très bien entourée.» Des spectacles, elle peut en faire seule ou en duo. Un jour peut-être enfera-t-elle avec sa filleMegan? Lors de Cégep en spectacle qui avait lieu récemment, la jeune femme de18 ans est arrivée en deuxième position au cégep de GranbyHaute-Yamaska en présentant une chorégraphie de tissu aérien.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer