Voir l'important

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Dominique Tremblay

collaboration spéciale

La Voix de l'Est

Je vous ai déjà parlé du livre Méditer jour après jour de Christophe André.

C'est réellement un petit bijou. En page 130, il y a un chapitre sur Voir l'important.

«Notre époque est passionnante et d'une richesse étonnante. Pleine de changement, de vitesse, de mélanges nous procurant des plaisirs et des possibilités infinis.»

Mais est-ce que cette richesse ne masque-t-elle pas une certaine carence?

Quand on y pense, la société valorise la vie extérieure pour qu'elle soit bien remplie et jamais plate. On dirait que tous les éléments sont réunis pour nous empêcher de ressentir la vie en soi. Notre dispersion est totale et il faut travailler fort pour revenir vers l'intérieur. «Pour que notre conscience puisse exister et se développer, nous allons devoir la protéger d'un monde, certes stimulant et nourrissant, mais aussi envahissant et toxique.»

Il y a beaucoup de pollutions qui nous contaminent l'esprit, souillent nos moments de tranquillité et perturbent notre équilibre. Nous vivons dans un monde où le brillant, l'étincelant et le bruyant sont la norme. La loi de la facilité nous gorge de messages malsains nous faisant douter de nos choix.

Notre pensée est tellement encombrée d'inutile, de publicité et de messages toxiques qu'on court après je ne sais quoi. On dépense notre argent et notre vitalité pour faire «la meilleure affaire» sans se questionner sur l'énergie vitale gaspillée à travers tout cet éparpillement.

Nous sommes en carence de lenteur, de calme et d'intimité. Cette intimité qui nous fait nous rencontrer et qui permet à la conscience de prendre la place qui lui revient. La conscience, c'est notre intériorité. Sans cette intériorité, nous diminuons l'espace à notre capacité d'introspection. Capacité essentielle pour faire de meilleur choix et voir ce qui est réellement important.

Page 142: «Chaque jour, il y a dans nos vies des conflits entre ce qui est urgent et important. Comment ne pas sacrifier totalement l'important à l'urgent? Comment ne pas céder peu à peu à la dictature de l'urgent, qui fait qu'au bout d'un moment toute sollicitation nous semble urgente, même si en réalité elle ne l'est pas, ou pas autant qu'elle voudrait nous la faire croire?»

URGENT; «qui ne peut être retardé, dont on doit s'occuper sans délai.»

IMPORTANT; «Qui importe, qui est d'un grand intérêt, d'une grande valeur.»

Urgent? Répondre à ses courriels, finir son travail, ouvrir la télé, la radio, l'ordinateur, réparer, ramasser, courir au magasin, acheter, consommer, s'inquiéter...

Important? Prendre une marche, me reposer, manger dans la tranquillité, prendre du temps avec les gens que j'aime, pratiquer un loisir, téléphoner à mes parents, respirer, m'étirer, écouter mes enfants, jouer, m'écouter, lire, rire...

«Sourire et comprendre que chaque petit geste nous rend plus intelligents et plus heureux. Cela aide à faire, peu à peu, de la place dans notre vie pour ce qui importe.»

Je vous souhaite un merveilleux temps des Fêtes.

Prochaine rencontre en janvier!

Abonnez-vous gratuitement au : http://ofsys.com/T/OFC4/CP/1075/ZXnv5XjM/OF/Inscription.ofsys

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer